browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Cheval blessé : chance ou malchance ?

Posted by on 18 août 2014

Les coulisses des Jeux Équestres Mondiaux de Normandie

Quiro Hoy, cheval de 10 ans lors de sa 7ème saison sportive...

Quiro Hoy, cheval de 10 ans lors de sa 7ème saison sportive…

Chevaux blessés, chevaux fragilisés

Jeudi dernier je recevais, entre autres communiqués de presse, celui annonçant le forfait de la jument Warina ENE-HN, du cavalier José Letartre, évoluant en para-dressage, suite à une lésion tendineuse… Encore un cheval français de moins sur la liste des participants pour les Jeux équestres mondiaux

Cette même journée je reçois un autre communiqué de la Fédération Française d’Équitation, que je partage avec vous, car la rédaction de celui-ci me laisse perplexe

🙁

 

La Fédération Française d’Equitation annonce que le cheval du cavalier de Concours complet Thomas Carlile, Quiro Hoy-JO/JEM, appartenant à Philippe Lopez Coronado, s’est fait une légère entorse lors du stage final de préparation.

Le considérant comme un cheval d’avenir, l’encadrement technique fédéral, les vétérinaires et le propriétaire ont fait le choix de préserver la santé de Quiro Hoy-JO/JEM qui ne participera pas aux Jeux Equestres Mondiaux FEI AlltechTM 2014 en Normandie.

La FFE et l’équipe d’encadrement technique souhaitent un bon rétablissement au cheval et un retour rapide du couple à la compétition.

Chance ou malchance d’être Cheval de sport ?

Je ne sais pas pour vous, mais moi cela me choque que l’on puisse mentionner ainsi, et ouvertement que ce cheval bénéficie d’un traitement de faveur (à savoir ‘préserver sa santé’, c’est à dire se reposer et se soigner) pour la simple et bonne raison que c’est UN CHEVAL D’AVENIR.

Je me demande seulement ce qu’aurait été son sort, si tel n’avait pas été le cas, et qu’il avait été un cheval normal, ou sur la fin de sa carrière sportive (en opposition ici à cheval d’avenir) ?

  • Aurait-il pris part aux épreuves, malgré cette légère entorse ?? (Quoi !?! Il y a des chevaux blessés qui concourent malgré tout ?? Sans rire ?)
  • Soulagé momentanément par une petite injection ?? (Non !?! Ça se pratique ce genre de choses dans la vraie vie ??)
  • Aux risques effectivement, de le bousiller définitivement ? (question purement économique à ce niveau là… désolée d’être terre à terre, mais là, c’est la stricte réalité… malheureusement)

Voilà pourquoi de tels propos me laissent perplexe et songeuse, me confortant dans l’idée que ce monde particulier du « sportif de haut niveau » n’est pas le mien, et que les animaux pris dans cet engrenage infernal, sont loin d’être heureux… Mais là n’est pas du tout la question (!), je m’égare, pardonnez moi chers lecteurs, si je suis un peu en « colère » à réception de certains communiqués de presse…

Raison pour laquelle je souhaitais simplement partager avec vous, ces quelques lignes qui en disent long sur les façons d’agir envers ces braves athlètes que sont nos chevaux.

Quoi qu’il en soit, Cheval-facile souhaite guérison et bon rétablissement aux équidés concernés par ces pathologies diverses, qui n’ont pas choisi leur destin

🙂

À vous la parole :

Que pensez-vous personnellement de cet état d’esprit

trop souvent tourné vers la rentabilité et l’argent ??

10 Responses to Cheval blessé : chance ou malchance ?

  1. Amaya

    Malchance en effet que d’être cheval de sport de haut niveau… Ils ne sont finalement plus que de la marchandise, et ils doivent être rentables.
    Voilà pourquoi ces compétitions et moi ça a toujours fait deux.

  2. Alex

    Je m’en suis aperçue non pas aux compétitions classiques du dressage, obstacle et complet mais en découvrant un peu comme ça le monde des courses. Après quand je vois dans les actualités que les chevaux de dressage par exemple sont « dressés » aux électrochoc et contraints par des enrênements 12h par jour, je me doute que ce milieu de la compétition de haut niveau dans ces disciplines ne vaut pas mieux que les courses. La seule différence c’est que pour les courses ce n’est pas tabou… Un cheval boiteux et hop infiltration du genou et du boulet, ni vu ni connu ça passe pour la course de cette semaine jusqu’au jour où ça casse mais c’est pas grave on a gagné 400 000€ avec, c’est pas mal, espérons que le prochain poulain sera meilleur.

    D’accord avec toi Gaelle, je te comprends parfaitement. Pour ma part j’essaye de me tenir éloignée de ces compétitions mais professionnellement parlant c’est très difficile parce que c’est devenu une référence pour tout le monde. Tu cherches un boulot, on te met pas sur un cheval histoire de voir, non on te demande sur quelles épreuves tu as tourné. Sans parler qu’avec un bon cheval à 30 000€ c’est plus facile de grimper les échelons qu’avec un Haflinger… ça n’a plus de sens…

    Et après ils veulent nous faire croire qu’on est tous égaux en compétition. J’ai l’impression d’être dans un jeu vidéo où seuls ceux qui sont là H24 et mettent 500€ (c’est beaucoup pour un jeu online) par mois peuvent avoir des résultats… et encore…

  3. LE BRIS

    L’argent, l’argent toujours et encore l’argent, les propriétaires de ces chevaux de sport ne pensent qu’à l’argent. Je suis à 14 km de Deauville, et jamais je ne suis allée regarder les courses. C’est un monde ou le cheval est exploité, soumis, malheureux, bien loin de la liberté.
    Pourquoi ?? Pour gagner de l’argent, toujours et encore. Et si, par malheur, ils ne rapportent pas de gain, ils sont mis au rebus. Pauvres chevaux qui donnent leur coeur….

    Alors malchance d’être un cheval de sport.

  4. CARO DU 62

    Bonjour,
    Malheureusement dans tous les domaines, et concernant les chevaux dans toutes les disciplines, nous retrouvons cette fameuse rentabilité… l’argent a toujours fait tourner le monde

    Quand on prend le monde des trotteurs… les gens qui vont aux courses sont bien loin de s’imaginer… ce que la majorité des chevaux subissent en coulisse aux entraînements et en course… cravachés, bas dans la bouche, picots au niveau des membres… et j’en passe de ces « super » méthodes… et la devise est : « marche ou crève » ! les femmes n’ont pas trop le droit de s’attendrir et doivent porter des gants si on les autorise à donner une friandise… certes j’ai bien compris… ce n’est pas un monde de bisounours… lol

    cela me fait toujours rire enfin plutôt sourire… quand on me dit qu’on aime les chevaux et qu’on les confie à des entraîneurs… pour un tel régime…certes, ce sont d’excellents chevaux… polyvalents qu’on refourgue pour la randonnée (on se donne bonne conscience)… mais combien de temps faut-il pour les rééduquer… ? car combien ont reçu une raclée pour ne pas galoper… ? alors bien entendu le petit cavalier lambda lorsqu’il veut galoper… se prend une échappée (Merci, la sécurité dans tout cela.. ???) – sans parler des problèmes rotuliens, des tendinites… il faut surtout avoir un bon porte-monnaie… pour leur permettre une retraite paisible… mais l’être humain est-il fait pour ne rien attendre en retour ??? ce sont des chevaux aux gros coeur (c’est ce qu’on entend la plupart du temps)… comme d’aileurs tous les chevaux quand on les considère, et qu’on les respecte…

    Vous m’excuserez de m’être éloignée du sujet initial, nous pourrions nous étendre longtemps sur le sujet car dans toutes les disciplines, il y a des abus… notre point de vue est personnel… pensez-vous qu’il soit mieux d’infliger à un cheval… la même reprise chaque jour de la semaine ??? mais je trouve que nous ne dénonçons pas assez ce genre de pratique qui se fait en coulisse…

    Dernièrement je suis allée à un spectacle… le cheval était boiteux… et j’entendais des gens dirent « ah c’est magnifique, et magique » pour moi rien de magique mais plutôt lamentable pour un pro… ou des personnes dirent il est méritant… tout cela parce que le guguss est célèbre et a une notoriété… et bien oui nous vivons dans un monde de paraitre ! et c’est le pot de terre contre le pot de fer !

    Alors malchance d’être un cheval tombé dans de mauvaises mains OUI !

    Pour ces gens là , pour qui le profit est leur leitmotiv ou leur façon de se sentir bien et de se montrer… malheureusement pour eux… le pognon est un maître et non un serviteur… !!!
    bien dommage de courir toute sa vie après de l’illusion et surtout au détriment du reste…

    • cheval-facile

      Bonjour Caro,
      Et merci de ce témoignage sur la réalité humaine.

      Je ne pense pas que les chevaux d’instruction soient effectivement mieux lotis dans la plupart des structures équestres… mais cela sera le thème d’un autre article 😉

      J’ai toujours refuser de « doper » mes équidés (personnels ou ceux d’instruction) afin de leur permettre de concourir alors qu’ils étaient inaptes temporairement, suite à blessure. Et pourtant plusieurs fois les vétérinaires nous l’ont proposé comme première solution… à mon plus grand désarroi 🙁

      Je ne crois pas avoir les même désirs et envies que tout le monde. J’aime gagner en compétition, certes, mais avec un cheval partenaire, qui aime ce qu’il fait, qui le fait par plaisir, et qui est APTE physiquement à le faire… raisons pour lesquelles je me suis souvent retirée d’une épreuve, et même parfois de championnats importants, parce que la santé de mes équidés passait avant le prestige et le classement…
      Malheureusement cela n’est pas toujours ni compris ni bien vu…
      Mais c’était mes choix, et je ne les regrette aucunement 😀

  5. Gruyer

    Malchance et je pèse mes mots….

  6. Aleena

    J’ai moi même récupéré un trotteur depuis presque un an qui souffrait d’une tendinite….
    Nous ne savons pas exactement ce à quoi il a été soumis et son pied garde les traces des soins intensifs (feux?)…
    Une première rémission l’a conduit à nouveau sur la voie de l’entrainement mais ça n’a pas tenu…
    Nous avons du prendre du temps pour faire connaissance.. les friandises? Il ne connaissait pas… Il se jette aujourd’hui sur les carottes (récompense suprême).
    Il est très sensible aux humeurs et parfois lorsque la colère me prend il se braque tout de suite m’obligeant à me remettre à ma place et garder mon calme : j’en ai conclu qu’il avait dû souffrir de la colère d’autres personnes (attention, je ne le tape pas ou rien!! je parle juste de l’humeur intérieure quand quelque chose ne marche pas comme on voudrait. Ce qui arrive a tous je crois)
    Depuis, grâce à des soins simples, des séances de promenade en main, de séance de « broutage » toutes simples, des échographies pour consolider, des séances d’ostéopathie…….bref avec beaucoup de patience, nous avons entamé le travail en selle avec petites ballades autour du centre….mais rien n’est gagné et beaucoup reste à faire du fait de son passé (il stresse à l’idée de galoper en longe et se calme au fil des séances: mais qu’est ce qu’il s’est pris pour en avoir le stress??)…..
    Toutefois, il a du coeur je le confirme, il est proche et donne beaucoup mais je regrette qu’il ait pu vivre le monde des courses dans ses premières années de vie

    • cheval-facile

      Merci Aleena de ton témoignage concernant les peurs, craintes et douleurs que rencontre ton cheval Trotteur.

      Je te souhaite encore beaucoup de courage, de patience et de persévérance pour venir à bout des sévices qu’il à pu subir par le passé, et qui malheureusement ne s’effacent pas ainsi d’un coup de baguette magique. 😉

      En espérant que tu ne rencontres pas d’autres problèmes de santé avec cet animal, qui a tant souffert (à tout point de vue) dans ses premières années.
      Je vous souhaite beaucoup de bonheur partager tous les 2 😀

  7. JClaude

    Ne jetez pas l’eau du bain et le bébé avec ! oui il y a des abus, mais sans la compétition et les courses le cheval disparaitrait. C’est bien ce qu’il se passe pour les chevaux de trait et c’est bien pour cela que l’on cherche désespérément des débouchés pour lui. Ne rêvez pas le « loisir  » ne suffirait pas aux éleveurs !

    • CARO DU 62

      Certes… mais ne peut-on pas avoir un peu de respect de l’animal, en tenant compte de sa santé… de son bien-être ? est-ce trop demander…

      Bien entendu, le métier d’éleveur n’est pas le métier d’un autre… et je le respecte !

      Pensez-vous que toutes les villes adoptent l’utilisation des chevaux de trait – Faut-il que la municipalité y soit sensibilisée, et combien sont-elles réellement concernées par l’arrosage des fleurs, le ramassage des ordures ménagères, ou la conduite des enfants aux écoles, ou le débardage…
      Ces usages sont infimes… par rapport au nombre de naissances… chaque année…
      c’est tout de même la filière chevaline qui domine… élever pour tuer…

      Les personnes qui élèvent les chevaux pour la boucherie… n’ont pas toutes malheureusement cette prise de conscience, étant donné l’issue de l’animal… je comprends parfaitement qu’il faille manger… et qu’il faille gagner de l’argent – mais pas à n’importe quel prix !

      Tout peut être fait proprement, cela reste mon humble avis…et n’engage que moi…

      Ayant des chevaux lourds et des chevaux « de sport »… ils sont tous considérés de la même façon car ont chacun leur place et un rôle… enfin à la maison c’est le club Méd pour eux ! car chaque cheval participe selon ses capacités et ses volontés… (cela n’exclut pas la fermeté…)

      L’essentiel étant de se donner bonne conscience … ou d’avoir sa conscience tranquille… ??? mais pas n’importe comment…
      Chacun ayant ses propres convictions, nous pourrions « débattre » très longtemps… je pense… sur le sujet…

      Et on en revient inévitablement au point de départ… l’argent (que ce soit pour vivre ou pour s’enrichir…), la rentabilité…le prestige…
      cheval : PROIE tu le resteras… ! (heureusement des personnes le considèrent autrement !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *