browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Peur des branchages au sol

Posted by on 13 mai 2014
tête de cheval

Portrait de Milord le brave trotteur français de Marina

Je réponds aujourd’hui à l’une des questions des lecteurs de Cheval-facile, dans le cadre de l’offre de la newsletter de mai.

Marina rencontre un soucis avec Milord, cheval TF de 14 ans, son partenaire depuis 11 années déjà :

Il y a quelques années, pendant la pause d’une journée de randonnée, mon cheval a tiré au renard, arraché la branche à laquelle il était attaché et, pris de panique d’avoir cette branche bloquée dans la longe et qui traînait derrière lui s’est enfui.  Cette branche n’est pas restée très longtemps attachée à la longe mais le mal était fait, impossible de le rattraper. On a pu le retrouver au bout d’1H30 de cavale. Il n’était pas blessé et il n’a causé aucun accident, fort heureusement.
Depuis cette période, je n’ai rien changé à nos habitudes, sortir en extérieur et encore sortir, comme on faisait avant. C’est le genre de cheval a avoir la pêche, généreux et avaler les kms sans peiner. Le problème de comportement qui se pose est que, depuis cette mésaventure, en présence de branches au sol , il peut être méfiant, sur l’œil, faire  des écarts ou des piles, voire saut de mouton quand une branche lui effleure  les membres.
Sans faire une  fixation sur les branches, j’essaie de résoudre le problème  :  

– en le faisant  se rapprocher d’une branche, le laisser renifler, attendre qu’il se détende, souffle, puis le  féliciter.
– ou  passer près de branches, sans y prêter aucune attention et fixer autre chose. Je pense que se focaliser à chaque fois sur l’objet qui fait peur n’est pas la solution
– Enjamber un tronc ne pose pas de problème.
– Je passe de temps en temps sur un sentier  dans les sous bois jonché de branches ( c’est un mikado de branches) , ça craque, ça le touche, il y va mais je sens qu’il ‘est pas à l’aise.
– Au travail au sol, je lui fait  enjamber des barres au sol, je monte aussi un tout petit peut la barre pour qu’il la saute,  mais je vois que c’est dur pour lui. Grosse hésitation, ronfle… Dès qu’il est passé je le félicite beaucoup et je termine la séance..

J’aimerai tant l’aider à débloquer tout ça…
Est-ce que vous avez déjà été confronté à ce genre de problème,  auriez vous des conseils à me donner ?

Merci d’avance pour l’aide que vous pourrez m’apporter.
Et bonne continuation, votre blog est très agréable à lire.

Marina (Aix en Provence)

Analyse de la situation

Malgré ses frayeurs et sa crainte, Milord semble toujours te faire confiance en selle, et te montrer du respect, ce qui est déjà un très bon point ! Par contre il est apparemment évident que cette mésaventure l’a marqué et qu’il faut l’aider à se sentir mieux et plus serein.

La cause de la peur

cheval broutant de l'herbe

tentons de rendre Milord encore plus heureux et plus serein lors de ses balades en campagne

Cette branche cassée, attachée au bout de la longe, qui par le simple fait du mouvement, l’a poursuivi, frôlé, touché, à plusieurs reprises.

Le bruit du branchage qui casse semble également aussi associé à la crainte, ce qui parait normal, vu les circonstances :

  • arrachage de la branche en tirant
  • bruit de la branche au sol le suivant
  • bruit de craquement, peut-être en marchant de dessus, ou simplement lorsqu’elle a fini par céder (en se coinçant quelque part éventuellement)

Les conséquences de cette mésaventure :

  • perte de la confiance en extérieur en situation particulière (branchages au sol)
  • crainte du bruit et du contact dans une situation apparentée à celle de l’incident
  • Traumatisme certain puisqu’il dure depuis plusieurs années
  • inquiétude de Marina quant au comportement de Milord dans de telles circonstances

Pour te répondre, Marina :

Oui, j’ai déjà été confrontée à ce genre de mésaventure, avec Twist, lors de notre première randonnée ! Je l’avais attaché un peu trop long (on apprend de ses erreurs), il a tiré, arraché la corde et fait des dizaines de kilomètres en percutant au passage une automobile. Heureusement pour tout le monde, il n’y a pas eu de conséquences dramatiques… Il n’avait pas emmené de branche avec lui, mais toute la longueur de corde qui le poursuivait et l’incitait à courir encore et encore pour tenter d’y échapper ! 🙂

À cette époque je ne connaissais pas les techniques de désensibilisations qui permettent de modifier le comportement inné de l’animal, et de le rendre plus courageux et plus réfléchi face à une situation un peu critique ou surprenante. Twist n’avait donc reçu aucune éducation dans ce sens, et aujourd’hui je peux en mesurer vraiment les conséquences.

Résoudre cette crainte des branchages et craquements

Si je devais prendre en charge le travail de rééducation de Milord, je procéderai ainsi (tout en m’adaptant ensuite au fur et à mesure à la sensibilité de l’animal, et à ses réactions. ceci n’est qu’un plan de travail théorique bien sûr !) :

  1. vérifier/stabiliser les bases de la désensibilisation à divers objets (stick, cordelette, corde ou longe, ballon, bidon, etc) en situation neutre (manège, carrière, cour)
  2. associer à ce travail une désensibilisation au bruit de craquement (branches)
  3. conforter ces bases en extérieur (prairie, jachère, chemin, clairière)
  4. désensibiliser aux branchages dans un lieu connu et sécurisé (carrière, rond, etc.)
  5. procéder ensuite de même en extérieur, puis en forêt pour conforter les acquis.
  6. tester ensuite en selle pour vérifier l’apprentissage.
  7. Mais surtout PRENDRE LE TEMPS pour chaque étape avant de passer à la suivante.

Marina, si tu connais toute la méthodologie à appliquer pour remédier au problème que rencontre Milord, ne tarde pas à mettre cela en place, et à nous communiquer des nouvelles pour constater l’évolution et la progression de ton cheval à ce niveau.

Si tel n’est pas le cas et que tu as besoin de conseils plus précis, n’hésite pas à me le dire, nous mettrons en place ensemble, quelques coachings à distance pour t’aider à résoudre tout cela.

En attendant, bonnes balades à Milord et à toi, dans le Sud de la France !

Et comme tu le précises si bien, se focaliser sur l’objet qui fait peur, n’arrange rien lorsque tu te promenades. Il faut résoudre cela dans un autre contexte en premier lieu, que celui de vos sorties habituelles.

L’art de la réussite est de faire fonctionner l’animal en présence de l’objet de sa crainte, mais sans se focaliser dessus !

Et vous, vous n’avez pas de question ??

4 Responses to Peur des branchages au sol

  1. Marina J.

    Gaëlle,

    Je te remercie pour la réponse complète que tu m’as faîte.
    Tu as également été confronté au stress de la fuite du cheval, heureusement plus de peur que de mal.

    Le problème est vraiment associé aux branches : craquage, branche qui touche les membres ou effleure sa tête, ça le stresse.

    Comme je fais surtout de l’extérieur, j’ai essayé de le « confronter » aux branches surtout pendant les balades.

    Ce que je fais au sol, de façon occasionnelle : je lance doucement la corde sur son dos, la fait bouger, traîner par terre, la met derrière un de ses membres et lui demande de céder à la pression. Je le touche aussi avec le stick. Il a plus de mal avec le stick.

    Comme j’ai moins approfondis le travail au sol, je vais me pencher d’avantage sur les exercices que tu proposes de faire en terrain connu.
    Et en dernier lieu, les branches.. Je n’ai jamais osé le toucher directement avec, peur de sa réaction et que sa crainte soit amplifiée.

    Ce n’est pas toujours facile de ne pas se focaliser sur l’objet qui provoque la peur.

    Encore merci pour ces conseils.

    Cordialement

    Marina

    • cheval-facile

      Merci Marina d’avoir complété ton témoignage par ces informations pertinentes, qui me font dire que le problème de Milord sera bientôt résolu ! 🙂

      Envoie des images ou vidéos du travail effectué, et de la progression obtenue !
      ça fait toujours plaisir de voir les résultats ! 🙂

  2. Amaya

    Kalinka n’a pas peur de grand chose, mais alors la badine, c’est pas sa copine ! Et pourtant, en selle ou même à pied, elle ne semble pas la craindre, seulement dans le travail à pied, si par malheur je l’agite un peu. Elle ne réagis pas violemment, mais clairement, elle en a une crainte.

    Pas facile de lui faire passer cette peur. Super article en tout cas ! 🙂

    • cheval-facile

      Il n’est pas trop tard pour désensibiliser Kalinka à cet objet.
      Sans doute a-t-elle reçu des coups injustifiés dans le passé avec une baguette et elle en garde le souvenir.
      A toi de lui montrer que cela peut être tout autre et que la badine ou le stick peuvent surtout caresser… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *