browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Un dimanche comme un autre ou presque

Posted by on 9 janvier 2015

Cet article a été écrit et relaté par JF mon conjoint, pour vous le faire partager ; je vous laisse donc le plaisir de découvrir son histoire 🙂

Ce matin, il doit être environ 10h quand je décide d’aller rallonger les poneys et leurs donner à boire.
 Comme toujours, je commence par Scotch et Randy, étant les plus près de la maison. 
Le chemin me menant jusqu’à eux est, disons, légèrement humide, voir gadouilleux, quoi de plus normal, depuis que nous sommes ici, il pleut, il pleut et parfois il pleut.


quad enlissé dans le fossé entre les prairie !!

C’est parti pour un petit tour de quad…

Me voilà donc parti avec mon bidon de flotte et la masse au cas ou un des 2 voudrait 
m’attaquer. Non je rigole, c’est juste pour déplacer les piquets d’encrage.
 Maintenant il faut que je m’occupe des 2 autres qui sont beaucoup plus loin dans un des prés du bas ; n’étant pas d’un grand courage ce matin, je décide de prendre le quad.


Après l’avoir fait chauffer au moins 10 minutes, me voilà parti jusqu’a la chaufferie pour y remplir mon bidon d’eau. Celui-ci étant fixé, je contourne tous les poulaillers pour me rendre vers Poye Poye le premier des assoiffés.


Je commence par rallonger sa chaîne puis je lui donne sa ration d’eau pour la journée .
Je remonte sur mon quad et ne voulant pas effrayer notre poney farceur, je décide de passer légèrement à côté, par un petit fossé qui semble sec à première vue. J’avance normalement, je descends le fossé et le remonte sans difficulté pour ensuite me rendre jusqu’à Ernest à 50 mètres de là.


Idem pour lui, je le déplace et lui donne son eau. Ma tournée des poneys étant terminée, je décide de descendre un peu plus loin pour me rendre à la grande marre et ne sachant pas pourquoi, a mi chemin, je change d’avis et je prends le chemin du retour. 


Je roule jusqu’au fossé qui ne fait pas partie du chemin du retour en temps normal, et le prend en sens inverse. J’amorce la descente et une fois au fond, je sens que je m’enfonce sérieusement : donc comme tout le monde aurait fait, j’accélère comme un abruti pour me sortir de là , et je ne vous raconte pas la suite…

Enfin si : embourbé jusqu’au pont arrière !

Je coupe le contact, je ne m’affole pas, je place des branches sous les roues arrière et j’essaie de me sortir de là. Rien à faire, je suis bien planté et il n’y a plus qu’une solution, tirer le quad pour le sortir de ce trou qui au fur et à mesure se rempli d’eau.
 Je retourne à la maison pour trouver une solution. Il n’y en a pas 50 : n’ayant pas de tracteur et les prés étant détrempés, il est hors de question de s’y rendre avec la voiture ou le camion.

Donc il nous reste les poneys ! Je demande de l’aide à Gaëlle pour sortir les malles d’attelage où se trouvent les harnais des shetlands. Poye et Ernest étant les plus près du quad, se sont eux qui auront l’honneur de sortir l’engin.
 🙂

Nous nous rendons en bas du pré avec nos harnais dans les bras, et équipons Poye pour une première tentative. Après l’avoir échauffé, nous le plaçons devant le quad et l’attelons par les traits. Je démarre pour pouvoir soulager le poney dès qu’il va tirer, mais rien a faire, le quad patine et le poney sentant une résistance n’insiste pas dans l’effort (ça c’est Poye Poye tout craché !).

Premier essai, échec.


Maintenant on passe au plan B, c’est à dire Poye + Ernest, 2 poneys pouvant tirer une voiture d’attelage de plus de 250 kg, ils devraient bien pouvoir faire quelque chose…

Rebelote, on les place devant l’engin, je monte aux commandes, et Gaëlle s’occupe de la partie traction 
avec les 2 shetlands. Après quelques tentatives, rien à faire, pas un centimètre de gagné
 et les poneys commencent a se mettre debout ; donc nous arrêtons tout avant de faire un bêtise.

Nous remettons les bestioles à leur place et rangeons les harnais. Il se fait tard, une bonne partie de l’après midi s’est écoulée, donc le quad passera la nuit dehors jusqu’à ce que l’on trouve une solution plus efficace.


Le lendemain matin, je suis allé trouver mon voisin qui a un tracteur afin qu’il puisse m’aider à déboucher ce fameux fossé. Un tracteur, une chaîne et en 2 minutes c’était fait. 
:)

Voila, parfois, il vaut mieux réfléchir que de perdre un après midi entier .

Mais une chose positive, un bon bain de boue, et de belles images !

ET VOUS ??

Qu’avez-vous à nous raconter comme histoires insolites ou amusantes

qui vous sont arrivés ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *