browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le foin, la toux… la solution !

Posted by on 24 janvier 2014

Foin l’hiver ou au quotidien… même combat !

À défaut d’herbe à la mauvaise saison, nos équidés se contentent volontiers de foin de prairie. Selon les disponibilités en herbage, certains sont même contraints de nourrir artificiellement plus longtemps.

Apéro party entre chevaux autour d'une brouette de foin !

Apéro party entre chevaux autour d’une brouette de foin !

Bien souvent la distribution de fourrage fréquente entraîne chez de nombreux animaux, des problèmes de toux plus ou moins chronique liée au rationnement et à l’enfermement hivernal. Cela est variable selon la sensibilité de chacun, son état physiologique et les conditions d’hébergement.

Quoi qu’il en soit l’alimentation à base de fourrage sec pose souvent ce problème auquel il était bon de trouver un remède !

Le facteur déclencheur

Depuis quelques années déjà, l’un de mes poneys shetlands souffre d’insuffisance respiratoire grave et ne tolère pas d’environnement poussiéreux, ce qui est vraiment contraignant au quotidien…

L’été il faut le gérer sur des parcelles non poussiéreuses, et l’hiver alors que tout est humide, se pose alors le problème de la litière et du fourrage…

Mais à force d’attention ce poney n’a plus jamais montré de nouveaux signes respiratoires alarmants, ni toussé ! Comme quoi, avec un peu de réflexion et de bonne volonté, il n’était pas nécessaire de le condamner.

Deux autres de mes poneys qui toussaient chroniquement, ont pu bénéficier des bienfaits de cette solution, et les quintes de toux ont aujourd’hui totalement disparues !

J’ai pu alors cesser tous les traitements curatifs et/ou préventifs qui leur offraient seulement une amélioration ponctuelle, et rien que ça, c’est génial !!

La solution qui nous à changé la vie

Depuis lors, je mouille le foin pour les shetlands, mais souvent, selon la qualité des balles, je le fais pour toute l’écurie également, afin de préserver tout mon petit monde.

Je ne me contente pas d’arroser le foin au jet comme je l’ai souvent vu faire, et comme j’ai pu le faire par le passé moi aussi.

bac de trempage pour le foin. La couleur de l'eau après seulement quelques poignées è

bac de trempage pour le foin. La couleur de l’eau après seulement quelques poignées è

Je TREMPE le fourrage entièrement, dans un bac d’eau plusieurs secondes en l’agitant et le séparant bien pour qu’il soit parfaitement lavé. C’est en voyant la couleur prise par l’eau que j’ai rapidement compris l’intérêt de procéder ainsi pour tous mes équidés. Même lorsque le foin semble beau et bon, il y a toujours de la poussière ou de la terre, et le fait de l’immerger ainsi le confirme rapidement.

Au départ les chevaux et poneys n’apprécient que moyennement le fourrage mouillé, mais ce n’est qu’une question d’habitude. Pour le leur rendre plus appétant, je le laisse s’égoutter au maximum après l’avoir rincé, avant de le distribuer dans les mangeoires basses ou directement au sol.

Rappel de bon sens et de bien être

J’en profite pour rappeler qu’il est néfaste de positionner le foin en hauteur (râteliers, filet à foin), car d’une part l’animal respire encore plus de poussière ou de particules allergène ainsi, et d’autre part, il se creuse le dos en renversant son encolure.

Un cheval est constitué pour manger au sol, et non en l’air. Lui imposer de manger en hauteur, est sans doute pratique pour nous humains, mais destructeur pour l’intégrité physique de nos compagnons.

Installer un poste de travail pour plus de confort

poste de travail à hauteur

poste de travail à hauteur

Mouiller le foin tous les jours n’est pas l’activité la plus ludique et passionnante qui soit, alors peu à peu j’ai modifié mes façons de faire pour créer un atelier de trempage adapté, et me faciliter la tâche au quotidien.

Le foin s'égoutte après trempage.

Le foin s’égoutte après trempage.

Afin de  préserver mon dos, j’ai mis en hauteur les bacs d’eau, sur une sorte de table confectionnée de 2 palettes et de pieds, correspondant à ma taille, pour ne pas peiner physiquement.

Une palette, plutôt qu’un panneau plein, car cela me permet de laisser égoutter facilement le foin sur le plan de travail.

Les bacs sont alimentés directement par un tuyau, de façon à ne pas manipuler de seaux.

Ce plan de travail est également utile pour nettoyer les abreuvoirs d’écurie, les seaux out tout autre matériel, sans se plier en 4 pour le faire au sol, ce qui est plutôt confortable !

Le petit plus : les gants étanches rendent la tâche encore plus sympa, car on ne s’abime pas les mains, et l’hiver lorsque l’eau frôle le zéro degré, c’est vraiment cool de les avoir au sec !!

Et vous ?

Avez vous des astuces pratiques à partager également ??

5 Responses to Le foin, la toux… la solution !

  1. Séverine

    Il me semble qu’il y a un bémol au trempage du foin : celui-ci est plein de petites feuilles et particules d’herbe que manifestement les chevaux adorent. Je suppose qu’elles apportent des nutriments pas forcément présents dans les tiges. Hors le trempage a une nette tendance à faire disparaître ces petites feuilles…
    Une question : est-ce que laisser la balle de foin dehors sous la pluie (l’hiver, ça tient facilement un mois sans moisir) a le même effet que le trempage ?

    • cheval-facile

      Je ne laisse pas les petites feuilles ou autres morceaux dans le bac de trempage, je ramasse bien l’intégralité ! 😉
      Et si toutefois cela faisait perdre un peu de valeur nutritive, entre ça et un animal qui suffoque… le choix est vite fait 🙂

      Je ne laisse jamais le foin mouillé plus de 36h, car même l’hiver, il arrive que ça tourne…

      Un round baller qui reste dehors, ne se fait mouiller que sur l’extérieur, comme c’est pressé, l’eau pénètre difficilement à l’intérieur, donc cela ne mouille pas vraiment le foin…
      Rien n’est aussi équivalent au trempage, sauf le trempage lui même 😉

  2. Lacoste

    Je suis totalement d’accord avec votre article! Et je crois vraiment qu’il n’y a aucune autre solution pour éviter la toux… Merci pour votre expérience. Justine

  3. Christel

    Bonjour,
    Comment faites vous quand il gèle?

    • Gaëlle Dobignard

      Les bassines étant remplies à l’eau courante pour chaque utilisation, il n’y a pas véritablement de problème de gel. Le foin est trempé, égoutté puis distribué dans la foulée. S’il venait à geler très fort, il suffit de réduire les quantités de foin, et de faire plusieurs distribution par journée, tout comme l’eau de boisson 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *