browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Énergie et cheval

poney au galop sur un ptv
Posted by on 18 janvier 2015

 

Cela peut paraître bizarre comme titre, car effectivement le cheval est devenu une unité de mesure, de puissance, d’énergie quelque part…

Mais ce n’est pas de cela dont je souhaite vous parler aujourd’hui !

Je voudrais aborder la notion d’énergie et de gestion de celle-ci, qu’il s’agisse de la nôtre (humains) ou de celles de nos partenaires équins.

Gérer sa propre énergie

Faire corps avec sa monture, est indispensable pour jouer et se faire plaisir !

Faire corps avec sa monture, est indispensable pour jouer et se faire plaisir !

Notre propre énergie, tout comme le stress (voir l’article sur la gestion du stress), doit pouvoir être canalisée afin de n’être utilisée que de manière positive et productive. Il faut apprendre à contrôler le flux que l’on désire laisser passer et transparaître, grâce à la concentration mentale et à la respiration (pour se centrer sur l’instant présent uniquement).

 

Travailler en partenariat avec un animal est particulièrement instructif, car ce dernier ressent encore mieux que la majorité des humains, nos sensations, nos émotions, nos pensées et bien entendu notre énergie (qu’elle soit positive ou négative) :

N’avez-vous jamais pesté après un cheval ne se laissant pas attraper au pré ??

L’animal est notre miroir et nous renvoie à l’instant T notre image la plus juste, qu’elle nous plaise ou non !

Je ne vais pas maintenant vous apprendre à gérer votre énergie, mais je tente simplement d’attirer votre attention sur le fait que c’est un point très important que trop de personnes négligent au quotidien, en s’activant dans le vide, se fatigant pour rien, s’énervant, etc.

La méditation, la respiration, le yoga, la concentration, sont différentes manières de parvenir à contrôler l’énergie que l’on souhaite dépenser pour telle ou telle action.

 

Le cheval (c’est l’animal avec lequel j’ai le plus de recul pour cela) est un magnifique partenaire pour s’entraîner à doser et canaliser tant nos émotions que notre énergie. Il est bien plus fiable que n’importe quel humain à ce sujet ; les animaux ne trichent pas, ne mentent pas, et ils vivent constamment dans l’instant présent.

 

jeu de horseball avec plusieurs cavaliers à cheval

Les jeux équestres comme le horseball nécessitent maîtrise de soi, harmonie avec l’animal et énergie !

Gérer l’énergie de son cheval !

C’est le second point important, mais que l’on ne peut malheureusement pas aborder dans de bonnes conditions, si le premier point (se gérer soi même) n’est pas maîtrisé en premier lieu.

Pour exemples :

  • Un cavalier trop mou, fatigué, timide, n’obtiendra souvent rien de nombreux chevaux, ceux-ci prenant plaisir à ne pas « écouter » ou feindre de ne pas comprendre des consignes demandées sans conviction ni énergie.
  • Un cavalier énervé, excité, ayant besoin de se dépenser physiquement ou mentalement, sera confus dans ses demandes, agité, agacera l’animal et vice versa. Là aussi on entendra souvent, que le cheval ne comprend rien !
  • Un cavalier apeuré et craintif, communiquera sa peur à l’animal invariablement, surtout si dans sa tête, il pense sans cesse très fort (pourvu qu’il ne parte pas au trot ou au galop), ces pensées finissent par être miraculeusement exhaussées par l’équidé qui s’en amuse !

 

Pour faire simple et sans prétention : pour gérer l’énergie d’un animal (ici on parle plutôt des équidés) il faut d’abord savoir se gérer soi-même. Je sais que je me répète, mais cela est tellement important et évident, que je n’ai jamais compris pourquoi cela n’est pas obligatoirement enseigné dans les écoles d’équitation…

 

Parfois on n’arrive pas à canaliser son énergie suffisamment pour envisager de travailler posément et productivement avec un animal. Lorsque c’est ainsi (cela m’est arrivé plus d’une fois) et bien il est préférable de renoncer tout simplement, et de pratiquer une autre activité, permettant d’évacuer ou de recentrer cette énergie défaillante.

Ce n’est pas une honte ni un échec, mais une réelle progression vers une prise de conscience de son état psychique et physique au moment T, et de savoir si cet état peut coïncider avec celui du cheval.

 

Cheval qui lui aussi peut avoir ses humeurs, ses envies, ses paresses, ses maux de tête, etc.

Réussir à combiner les deux énergies

Lorsque le cavalier maîtrise son corps et ses pensées, qu’il peut être concentré uniquement sur l’instant présent, et non sur les faits divers de la journée ou de la veille…

Lorsque l’animal à pu combler les besoins vitaux liés à son espèce, et que le moment choisi par son partenaire lui convient également (tant physiquement que mentalement)…

Et bien on peut envisager et espérer réaliser de belles choses ensemble !

 

Accepter de reconnaître que le moment qui nous convient le plus, peut ne pas être du tout celui convenant à l’équidé, et qu’il faut prendre en compte ces considérations sans se vexer !

Accepter cela, c’est grandir et gérer une partie de son énergie que l’on appelle la frustration. Plus l’on connaîtra son animal, et plus l’on sera à même de savoir à quel moment il préfère être avec nous : Juste un poil d’observation et de bon sens suffiront à cela !

 

Avec l’expérience, et la maîtrise de soi, on arrive à pratiquer une équitation légère et intuitive où la connexion est telle qu’il suffit de penser pour que le cheval agisse (l’un de mes meilleurs moments avec Olivo, en totale osmose)…

Et là, c’est juste magique ! Ça donne le sourire, ça fait rêver et ça donne envie de recommencer, car deux énergies avançant ensemble dans le même sens deviennent imbattables !

—–

Cet article participe (une fois n’est pas coutume) au festival de La Croisée des Blogs organisée cette fois ci par Julien du Blog Un monde pour les introvertis, et dont le thème était : Gérer son énergie

 

5 Responses to Énergie et cheval

  1. Cavali'Erre

    Pas de doute, les chevaux sont très sensibles à leurs cavaliers, c’est probablement pour cela qu’ils font de formidables partenaires de thérapie. Par contre, les cavaliers sont souvent beaucoup moins sensibles à l’humeur de leurs chevaux. J’avoue que c’est mon cas, j’ai encore beaucoup à apprendre, mais les contraintes de l’équitation en club n’aident pas pour cet apprentissage là.

  2. Amaya

    Avec Kalinka, c’est ce qui m’handicape le plus encore aujourd’hui pour avancer: je suis fatiguée physiquement mais surtout moralement, alors énergie zéro et du coup c’est pareil pour Kalinka. Mais depuis que j’y travaille à chaque fois que je suis en sa présence, les choses bougent. Et en étant devenue attentive à mon énergie et mes émotions, je le suis devenue encore plus pour ma jument, et je fais en fonction des humeurs de l’une et de l’autre. La magie opère et dans ce cas, comme un mécanisme bien huilé, tout roule.

    Tu fais bien de parler de l’énergie du cavalier et du cheval, on y prête trop peu attention, alors que c’est essentiel dans la relation avec son cheval !!

    • JF

      Qui dit énergie, dit puissance.
      Qui dit puissance, dit gazs alors fait attention a ton nez AMAYA, tu es très mal placée .

  3. Julien

    Bonjour Gaëlle,
    Quelle belle image que ce partenaire équin miroir de notre énergie, de notre calme, de notre état d’âme… c’est un peu comme avec la vie finalement, lorsque l’on est dans le bon état d’esprit, il y a plus de chance de que les choses nous réussissent. Avec la vie on ne le voit qu’avec le temps, alors qu’avec le cheval la réaction est immédiate ! bravo pour cet article et merci pour ta participation à la Croisée des Blogs,
    Julien

  4. Laurence 78

    je suis totalement d’accord !!
    pour avoir testé toutes les situations , je confirme qu’il faut combiner les deux énergies si on veut « obtenir » quelque chose de bien du couple cavalier- cheval !
    pour la nouvelle année, j’ai craqué pour deux nouvelles ponettes connemara;
    je suis en plein débourrage et je peux vous dire que là il n’y a pas le choix; je suis dans l’instant présent et très attentive à tous les signaux que mes nouvelles miss m’envoient;
    mais quel plaisir de vivre ces instants; j’ai posé mon derrière sur le dos de ma grise samedi environ 5 minutes mais que de sensations. je n’ai pas insisté plus pour que la demoiselle comprenne que tout se fait en douceur.
    pour la deuxième nouvelle , ça va être encore plus sport;elle est très craintive et avec elle j’en suis à essayer de l’approcher sans qu’elle s’effarouche: je dois être calme et lui montrer que je vais vers elle sans appréhension .
    pour conclure un cavalier calme, sûr de lui, attentif et présent aura un cheval réceptif « en avant, calme et droit »!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *