browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Hugo & Audrey

Posted by on 23 octobre 2015
Audrey en compagnie de son cheval Hugo

Audrey en compagnie de Hugo pour un petit moment câlin

Une fois n’est pas coutume, ce mois-ci je laisse le clavier à Audrey B. pour une nouvelle histoire. C’est donc elle qui s’exprime dans le « je » de ce texte. Elle nous parle de sa rencontre avec Hugo, un cheval un peu particulier de 18 ans, au moments des faits (c’était il y a 4 ans !). Une belle histoire avec un vieux cheval heureux ! 🙂

——

Je fais de l’équitation depuis toute petite dans un centre équestre réputé pour le saut d’obstacle. A 15 ans, je fais une mauvaise chute lors d’une balade et depuis lors, ma mère m’a interdit de remonter à cheval…

J’ai donc continué mes études : cinq années très longues et très difficiles moralement jusqu’au jour où j’ai pu renouer avec les équidés. J’ai privilégié un centre spécialisé dans le dressage.

Presque un an s’est écoulé comme cela jusqu’à ce que l’on décèle d’où viennent mes douleurs dorsales, suite à une très violente crise d’angoisse : ce n’était ni la chute, ni le tassement provoqué par l’équitation depuis toute petite, mais une vertèbre lombaire en trop !! C’était donc permanent et il n’y avait rien à y faire !!

Un jour, par le plus grand des hasard, je me retrouve à monter Hugo, 18ans ; j’étais initialement venue voir une jument blanche de 10 ans… C’est ce que l’on appelle le téléphone arabe ! La propriétaire me propose de le monter, je pars donc en balade de découverte. A mon retour, elle est étonnée qu’il ne soit pas revenu au bout de 2 minutes comme avec les autres qui sont venus « l’essayer »…

Moi, je suis tout de suite tombée amoureuse de son carafon et son confort, j’étais sur un petit nuage !!

Après une longue période d’hésitation due à mon dos, mais aussi aux réflexions de ma monitrice équestre comme quoi je vais « m’ennuyer avec ce canasson », nous avons validé la cession, et le beau Hugo a été vacciné, vermifugé mais surtout pucé !

Au début, c’était compliqué car au vu ses réactions il avait du être frappé et ne supportait pas l’approche du filet (son ancien mors était d’ailleurs bien trop petit pour sa bouche !!). J’ai eu beaucoup de mal à me faire accepter, bien que je vienne tous les jours. Le weekend il me ‘snobait’ et allait directement voir mon compagnon. Il avait peur de tout nouvel objet mais aussi et particulièrement de l’eau… Malgré tout, j’ai tout de suite vu que c’est un cheval qui fait très attention aux autres et qui avait envie de contact. Cela faisait 3 ans que son propriétaire était parti qu’il n’avait pas bougé de son pré…

cheval au pré

Hugo profite pleinement de sa nouvelle vie !

Depuis (cela fait maintenant 4 ans) tout roule pour mon cheval qui est vraiment génial ! Chaque situation est différente et il m’a appris à réagir très vite, à m’adapter ! Je me suis faite insulter de refuser de monter à cheval les premiers temps. Je ne voulais travailler qu’à pied et je ne regrette pas mon choix!

La première fois ou j’ai monté Hugo après l’avoir acheté c’était au centre équestre où je montais lorsque j’étais petite. Ma monitrice après avoir observé le cours particulier qui m’était donné, a eu des mots qui m’ont mis la larme à l’œil : « ton cheval ne sait rien faire, il est raide et il n’arrivera jamais à faire tout ce que tu voudras mais il donne son maximum pour comprendre et faire ce que tu lui demande, ça se voit qu’il t’aime« .

Aujourd’hui je suis la plus heureuse du monde, il me fait confiance au point de me laisser le doucher ou l’approcher quand il dort.

Il est tellement calme que la chienne se repose à coté, ça n’aurait jamais pu être le cas lorsque je l’ai eu : à la simple vue de mes mains mouillées je ne pouvais plus l’approcher de la journée…

Lui pour lequel je me bas depuis plus de 3 ans à lui faire oublier tout ce qu’il a vécu ; tous ces objets que je lui ai présentés, toutes les choses avec lesquelles je l’ai embêté, tout ce que je lui ai fait « subir » pour qu’il ait confiance aura finalement aboutit ! J’ai eu la plus belle preuve d’amour de sa part : il m’a laissé le nettoyer, lui faire couler de l’eau sur le dos, sur la tête

Pour toutes ces fois ou j’ai failli baisser les bras, toutes ces fois ou ça m’a énervée de ne pas être fichue de le comprendre, de le calmer ; toutes ces fois ou j’étais démoralisée en repartant… C’est la plus belle récompense que j’ai eu jusqu’à présent et je suis encore plus motivée pour continuer !

cheval shampoinné

Grâce à Audrey, Hugo à vaincu ces craintes !

J’essaye au maximum de lui procurer du bonheur lui qui était une vulgaire occupation sur laquelle on montait pour partir au grand galop et qui sinon restait dans son pré, lui dont je ne connaitrais jamais vraiment le passé mais pour qui je me bas chaque jour à le lui faire oublier.

Hugo est la plus grande fierté de ma vie, ma plus belle relation animale. Bien évidement je ne le monte pas énormément avec mon dos et son âge qui avance mais nous travaillons beaucoup à pied. Tous les hivers il fait des cures pour l’arthrose et les engorgements  car même s’il a encore 3 ans dans sa tête, mon papy a un corps qui ne suit pas tout ce qu’il aimerait bien faire. Il apprécie également beaucoup sa couverture imperméable, un petit confort qui n’est pas nécessaire vu qu’il connait l’extérieur mais qui est tout naturel à mes yeux.

Voila l’histoire de mon coup de cœur pour un cheval dont tout le monde se foutait : un cheval vieux et sans intérêt. Un cheval exceptionnel !

Depuis je lui ai acheté un compagnon : Oby, un réformé de course attelées avec qui la vie suit son chemin … Et bientôt une petite nouvelle va les rejoindre aussi !! 🙂


Si toi aussi tu veux partager ton histoire avec un vieil équidé,

et bien n’hésite pas à me contacter pour la raconter en direct sur le site 😉

Pour me joindre : contact@cheval-facile.com

3 Responses to Hugo & Audrey

  1. ELISABETH

    Merci pour ce récit tout à fait poignant , cela montre bien l’importance du travail à pied, la relation qui s’installe , et cette complicité indéniable que l’on retrouve moins dans le travail monté, .Moi même je partage les mêmes moments d’émotion et de complicité avec ma mule, et j’ai eu aussi un parcours chaotique les premières années , avec l’amour et la persévérance on arrive toujours à notre but, j’ai failli plusieurs fois tout abandonné, je ne regrette pas ce que j’ai enduré , j’en suis fière et heureuse car nous partageons toutes les deux des moments de bonheur.
    A bientôt et bonne continuation

  2. Margo Bressy

    Magnifique recit !
    je trouve vous avez eu le courage de prendre ce cheval qui apparament n’avait aucun talent …
    c’est a se moment precit que l’on voit a quoi sert le travaille à pied et en quoi c’est important.
    Je suis touché par ce récit car moi meme j’ai eu quelques soucis avec ma ponette et grace au travaille a pied tout vas de mieus en mieus! Meme si je pense que se n’est pas finis!
    (desoler si il y a des fautes d’orthographes…)

  3. LE BRIS SOPHIE

    Jolie histoire. L’observation, la patience, le travail à pied bien entendu, permettent de développer une complicité qui durent dans le temps. Pour vivre une histoire avec un cheval qui était sauvage (né en pleine nature, sans le contact de l’homme), je sais que cette complicité entre l’homme et le cheval est extraordinaire qui devient au fils du temps fusionnelle.

    Bravo Audrey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *