browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le raid Centaure

brume sur vignobles
Posted by on 10 juin 2015

Un raid équestre,

un défi humain et équin

Il y a quelques années … enfin déjà pas mal d’années à vrai dire, j’écoutais les cavaliers émérites de TREC parler d’un raid difficile qui avait lieu chaque année sur la région parisienne ou bourguignonne. À les entendre cela relevait à chaque fois d’un réel défi humain et équestre et peu d’entre eux choisissaient de le faire en individuel.

Il s’agissait de parcourir avec son cheval une centaine de kilomètres répartis sur deux nuits, en déjouant les pièges topographiques mis en place par l’organisateur de ces festivités équestres nocturnes ! Bien sûr pour bénéficier de nuits plus longues ces raids se pratiquaient soit en début soit en fin d’hiver, ce qui en rendait les conditions encore un peu plus difficile.
Le mot « raid » prenait alors tout son sens dans le fait qu’il fallait alors défier les parcours d’orientation proposés, la météo souvent peu favorable à cette saison, la nuit associée à la fatigue, et bien sûr gérer l’effort de sa monture, pour voyager loin !

Ce n’est donc pas sans raison que l’aventure me tenta rapidement, et que l’idée d’y inscrire Twist fit son chemin en moins de quelques semaines ! Le défi était lancé de participer cette année là, au Centaure Bourgignon organisé dans l’Yonne, et bien entendu en individuel… car, avouons-le, j’ai du mal à travailler en équipe sur les parcours d’orientation !

Flash back sur ces moments inoubliables

Nous sommes plusieurs cavaliers téméraires à quitter la Bretagne l’avant veille de l’épreuve pour nous rendre sur place.

C’est l’occasion de se retrouver entre copains, de partager, d’échanger mais aussi de faire la fête ! La météo est correct, Twist profite de l’herbe verte de son paddock près du van, avec Duchesse, sa copine de voyage.

Le vendredi soir, dans la salle commune ou se déroule le repas, règne une ambiance un peu surréaliste : la nuit est déjà presque tombée, les premiers départs sont annoncés et vont s’échelonner ainsi toute la nuit. Au milieu du repas, les originaux du tracé à parcourir sont mis à disposition des concurrents !! Charge à chacun de recopier sur sa carte vierge, les trois parties de l’épreuve avant de s’en aller arpenter vignobles et chemins boisés !! Le premier pas de ce défi est donc de réussir (calmement) à reprendre l’intégralité du tracé que tout le monde s’arrache… Je dois partir vers 2h du matin, j’ai un peu de temps devant moi pour laisser la cohue se dissiper. Le stress monte malgré tout !

Au moment de nous élancer sur la piste, lampes allumées, poney fringant, je me dis bêtement qu’il nous reste 60 km à parcourir cette première nuit, et un sentiment de découragement m’envahit presque d’un seul coup… Une fois en piste, les pièges topographiques aidant, le jeu et le défi s’installe, le challenge prend la relève sur l’angoisse, le doute, et la fatigue qui ne tarde pas à se faire sentir vers 5-6h du matin. Je me suis mal organisée, mes piles rendent l’âme plus vite que prévu, et celles de rechange sont quelque part dans mes sacoches… Il faut chercher cela dans le noir, sans s’énerver (je vous mets au défi d’essayer !!), et opérer au remplacement des dites piles toujours en aveugle !! Puis la lumière fut à nouveau, et nous sommes repartis Twist et moi. Son calme et sa patience en certaines circonstances comme celle-ci, sont d’un réconfort inépuisable.

Twist à l'entrainement en Correze

Twist, ce fidèle compagnon de tant d’aventures et de défis !

Le jour se lève sur les coteaux bourguignons, envahit d’une brume légère. Je distingue au loin les cavaliers me précédant, arpentant le même chemin que nous. Une pause d’une heure est bientôt imposée, pour se restaurer d’une part, et pour un contrôle vétérinaire des chevaux, les autorisant ou non à continuer l’aventure. La fatigue se ressent dans les hommes comme dans les bêtes, et nous avons tous des têtes un peu ahuries ! Il faut poursuivre et rentrer sans tarder, afin de pouvoir récupérer un peu, avant la seconde nuit… qui fatalement est si proche !!

Il est à peu près 14h lorsque nous franchissons enfin la première ligne d’arrivée. Ce soir les départs sont inversés, et nous partons dans les premiers… ce qui fait peu de repos. Lorsque je me réveille à 18h pour aller nourrir Twist puis dîner, j’ai l’impression d’avoir pris l’avion, et d’accuser le décalage horaire avec San Francisco ! Je suis complètement déphasée,  je comprends alors pourquoi tout le monde disait que l’épreuve se joue et se gagne la seconde nuit… Les erreurs d’inattention se multiplient et les scores chutent tout autant !! Les kilomètres parcourus se font sentir, l’élan et l’ardeur du premier jour sont bien loin ! Je ménage mon poney comme pour chaque épreuve, en marchant et courant beaucoup à ses côtés ; c’est notre rythme de fonctionnement habituel, qui me permet malgré ma grande taille de chevaucher un bout de cheval d’1m37 au garrot sur de telles épreuves.

Le dimanche dans la matinée, nous avons franchi la ligne d’arrivée finale du raid Centaure Bourguignon au petit galop ! Twist a passé le dernier contrôle vétérinaire avec succès, avec plus de 100 km dans les pattes. Nous avons terminé 13ème de ce challenge humain et équin, ce qui était tout à fait honorable ; mais surtout nous sommes allés ensemble, au bout de ce défi, et ça, ça n’avait pas de prix !

Il nous a fallu une bonne semaine par la suite pour récupérer de ces efforts intenses ! Twist qui s’est toujours régulé de lui même en alimentation, n’a jamais autant dévoré que les jours suivants !!

—–

Le récit de cette aventure que j’ai beaucoup aimée, fait partie de l’édition n°18 de la Cavalcade des Blogs, qui mettait à l’honneur ce mois ci les défis équestres, sur le blog de Kaaryline : La Crinière Blonde.

cavalcade des blogs logo
cavalcade des blogs

8 Responses to Le raid Centaure

  1. Naja d'Ekitado

    C’est fabuleux !!! Ce genre d’épreuve intense me fait rêver, même si c’est hors objectif pour nous actuellement ^^ Comment as-tu entraîné Twist ?

    • Gaëlle Dobignard

      La préparation à ce premier raid mythique était loin d’être parfaite. Nous manquions cruellement d’entraînement, aussi bien Twist que moi même ! 🙂
      Habitant à l’époque en bordure d’océan, le moindre dénivelé était tout de suite une difficulté à surmonter pour nous.
      De grandes ballades, des rando, quelques trotings et du travail sur le plat monté ou en main, mais rien de plus que ce que nous faisions déjà en tant normal. Le poney avait cette année là, un planning de compétition de TREC et endurance déjà bien rempli qui entretenait sa condition physique !
      Avec le recul, je pense que nous avons peut être trop entraîné justement… fatigant ainsi les organismes prématurément.
      Ce qui expliquerait ce coup de fatigue ressentie sur l’épreuve.

  2. LE BRIS SOPHIE

    J’adore. Super défi. Il faut une complicité extraordinaire avec son cheval pour arriver au bout d’un défi si important. Je suis admiratrice.

  3. Doye Yvonne

    Je suis fascinée par ce que tu décris , ce n’est pas facile de partir ainsi en pleine nuit et je salut votre courage a toi et Twist

  4. Favrot Nathalie

    Bonjour Gaëlle,

    J’ai eut l’occasion d’y participer ! 1 souvenirs inoubliable…je sens encore l’odeur des œufs aux lard du petit déjeuné après notre balade nocturne, le bruit et les lumières d’un train qui est passé juste au dessus au moment où j’étais sous le pont en train d’essayer de changer les piles de ma lampe frontale !!! mais on pourra en discuter de vive vois dans 15 jours…à bientôt, ns comptons les jours !

  5. nathalie

    Bonjour à tous et surtout Merci à Gaêlle pour tous ces articles qui font rêver de complicité possible avec son compagnon équin…
    Je débute la méthode de travail en liberté ….et ça à l’air de marcher…je demande peu mais il comprends de plus en plus vite mes ordres…je suis très contente.
    Je « communique » de plus en plus avec lui ( mon loulou)
    Merci et vite pour de nouveaux articles !
    Bonne semaine

  6. christiane

    merci Gaëlle pour ce partage, je suis admirative ;c’est un sacré défi la nuit sans connaitre le chemin! bravo à vous deux.

  7. Horse Discount

    C’est un très beau récit que je découvre avec plaisir, j’aurais aimé encore plus de détails ! Merci beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *