browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Se promener pour lâcher prise

chevaux en lacher prise
Posted by on 12 avril 2015

Lâcher prise…

C’est un terme que l’on entend et utilise maintenant un peu à toutes les sauces, une expression à la mode issue du monde paramédical.

Le lâcher prise peut induire un relâchement physique, mental ou bien les deux combinés, selon la personne qu’il concerne. Chaque être étant différent, il peut bien y avoir autant de façons de se relâcher qu’il y a d’humains sur cette planète !

Pourquoi lâcher prise ?

Simplement parce qu’il impossible physiologiquement de rester en état actif de concentration en permanence. Tôt ou tard, le cerveau pour se protéger, va se déconnecter et se mettre dans un état de veille proche de l’hypnose.

Dans ces moments là, plus personne n’est productif, et des comportements inadaptés peuvent même apparaitre. Il est donc largement préférable de s’octroyer une pause (méritée) et de lâcher prise sur les différentes contraintes propres à chacun :

  • Cesser de travailler, de réfléchir, de cogiter, de penser, etc…
  • Cesser de s’activer physiquement ou mentalement, selon les tâches habituelles de chacun.

Comment lâcher prise ?

Il n’y a rien de plus facile… du moins en théorie !! Il suffit de s’adonner à une activité autre, nous procurant plaisir et détente, dont le temps à y consacrer variera pour chacun d’entre nous, en fonction de ses propres besoins. Il n’existe pas de règles pré établies pour cela.

sortie en attelage : Se promener pour lâcher prise, se détendre, se ressourcer et se désintoxiquer de la vie quotidienne !

Se promener pour lâcher prise, se détendre, se ressourcer et se désintoxiquer de la vie quotidienne !

Voici une liste (non exhaustive) d’activités permettant de lâcher prise et de se ressourcer :

  • Pratiquer une activité plus ou moins sportive
  • Faire une pause thé (ou café) seul ou entre amis
  • Profiter de la nature environnante
  • Prendre un bain
  • Méditer, faire du yoga, lire, écouter de la musique, etc
  • Dessiner, chanter, peindre, tricoter, créer…
  • Promener le chien ou faire un câlin à son félin préféré
  • Jardiner, bricoler, cuisiner, etc.

Peu importe ce qui vous convient, le principal étant de pouvoir faire un « break » avec vos activités habituelles et de réussir à vous ressourcer. Pour cela il est évident (mais pas toujours facile) de ne pas laisser ses pensées vagabonder, mais se centrer sur l’instant présent pour en bénéficier à 100%.

🙂

Et nos chevaux dans tout cela ??

Nos équidés en tant qu’êtres vivants ont des besoins similaires, propres à leur espèce. Tous les animaux, surtout s’ils sont régulièrement sollicités par l’homme (terme général) éprouvent ce besoin impératif de lâcher prise, pour mieux se concentrer ensuite sur nos demandes.

  • N’avez-vous jamais vu un chat dans son « quart d’heure de folie » courir partout et grimper aux murs ou rideaux ?
  • N’avez-vous jamais vu un chien jouer avec n’importe quoi, du moment qu’il peut se dépenser physiquement ?
  • N’avez-vous jamais vu un cheval ou poney « exploser » en bondissant en l’air, exprimant ainsi son désir de mouvement et d’action ?

Je vous invite vivement à lire à ce sujet une étude comportementale menée sur des animaux domestiques, afin de cerner et comprendre les causes d’apparition de comportements inadaptés, voire dangereux.

==> techniques d’élevage, recherche en neurobiologie

 

Selon le mode d’hébergement et les conditions de vie (ainsi que de travail) de nos équidés, des temps de pause sont indispensables pour maintenir l’équilibre toujours précaire de la bonne relation partagée avec nous autres bipèdes.

Pour qu’un cheval reste à notre écoute, il faut aussi être à son écoute, et tenir compte de ses envies et besoins du moment (plus facile à dire qu’à faire… l’humain ne pensant bien souvent qu’à lui même…).

Se promener pour lâcher prise

La meilleure façon que j’ai trouvé depuis très longtemps pour lâcher prise avec mon compagnon équin, c’est d’aller se promener. J’entends par promenade, une sortie de durée non déterminée, en extérieur, en pleine nature, pour profiter pleinement à deux, de l’environnement ambiant.

lever du jour dans les bois :Savoir apprécier la nature et tout ce qu'elle nous offre...

Savoir apprécier la nature et tout ce qu’elle nous offre…

Cela doit être un moment privilégié de détente en commun, sans contrainte pour l’un comme pour l’autre. J’entends par là qu’un trotting d’une heure dans les bois, avec cession de nuque n’est pour personne un instant de relâchement et de lâcher prise !! 🙂

Se promener : c’est marcher en sentant les mouvements de sa monture évoluant rênes longues, ou mieux rênes posées sur l’encolure (attachées à la selle pour la sécurité). C’est sentir et ressentir le cheval posant ses pieds avec délicatesse sur le sol.

Se promener : c’est regarder la nature et tout ce qu’elle nous offre gratuitement. C’est écouter les oiseaux chanter, apprécier le soleil, l’air marin, le lever du jour, etc.

Se promener sans contrainte pour l’un et l’autre : c’est profiter l’un de l’autre dans un moment de détente commune, d’épanouissement partagé, de complicité. C’est lâcher prise ensemble !

Le printemps est la période la plus propice à cette activité, pour oublier la grisaille de l’hiver, renouer avec la faune et la flore de sa région, se ressourcer pour se désintoxiquer de la vie trépidante que notre société nous impose parfois de vivre au quotidien.

 

Cet article est ma contribution au festival À La Croisée des Blogs, organisée ce mois ci par Katibel du site Bel et Bien, et dont le thème proposé est : Les conseils détox pour être en meilleure forme

 

 

5 Responses to Se promener pour lâcher prise

  1. Danièle de Forme et bien-être

    Bonjour Gaëlle,
    Lorsque j’étais petite les chevaux me faisaient peur. Ils étaient trop gros pour moi. Mais avec le temps j’ai appris à surmonter ma peur. Pour cela j’ai proposé à un voisin de m’occuper de ses chevaux lorsqu’il s’absentait.
    C’est ce que j’ai fait durant de longues années et j’ai trouvé cela très agréable.
    Mais ce qui me détend le plus, c’est de jouer (mal) du violoncelle. Même si les difficultés sont grandes le bonheur des petites réussites est immense.
    C’est un vrai lâcher prise.
    Bonne soirée.
    Danièle

  2. Patricia

    J’aime beaucoup cet article du lacher prise, pour moi c’est aller me promener avec mon cheval dans les Alpilles la région ou j’habite ou la nature est si belle en cette saison des oliveraies a perte de vue des jolies chemins qui longent le canal , un environnement vraiment magnifique , que je redécouvre à chaque promenade à dos de mon cheval ou en main, car celà m’arrive aussi de partir simplement en licol et faire un petit tour à pied certain le font avec leur chien , moi c’est avec mon cheval et franchement c’est super agréable. Mais que ce soit dessus ou en main c’est un merveilleux moyen de lacher prise , se vider la tête , simplement respirer et regarder la nature et cet animal merveilleux qu’est le CHEVAL
    Cordialement à tous les cavaliers

  3. Laurence 78

    l’autre fois en balade,j’ai tellement « laché prise » que j’ai oublié que je ne me promenais pas seule; j’ai oublié que mon fils était derrière sur son poney!!!!
    heureusement j’allais à 2 à l’heure et il m’a ratrappé.
    je serais rentrée toute seule si les poneys ne se suivaient pas comme des pots de colle!!!!

  4. sophie LE BRIS

    Bonjour Gaëlle,

    Je lâche aussi prise avec mes loulous. Je les promène à pied tranquillement, pas justement monté, chacun leur tour. Le bonheur et l’osmose avec la nature.

  5. Ophélie

    Bonjour Gaëlle,:-)
    J’avais jamais pensé au lâcher prise dans ce sens que c’était se donner une pause par rapport à notre concentration… J’ai cette perception du lâcher prise comme étant un mode fonctionnement où on est connecté à une partie de soi qui sait, notre guidance et non pas à notre mental. Et comme vous le dites finalement c’est techniquement impossible de fonctionner sans arrêt avec notre tête. Et tant mieux, si ça c’est pas une invitation à se laisser guider et à laisser émerger de nous notre spontanéité, notre enfant intérieur!
    J’ai un chat et je confirme les moments de folie, et je me suis toujours demandée mais, qu’est-ce qui lui prend à ma minette d’être aussi follette parfois? Mais ça me fait tellement rire, un moment de lâcher prise aussi pour moi:-)
    Et les chevaux et bien je les trouve majestueux, nobles et beaux, mais qu’est-ce que leur odeur me dérange les narines, au point ou je les aime de loin! Et ça reste un mystère pour moi, est-ce une résistance?
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *