Triple Galop – tome 13

Une idée sympa  de cadeau

pour les fêtes 🙂

Il y a quelques temps j’ai reçu un exemplaire de la Bande Dessinée Triple Galop : Le tome 13, sorti fin août de cette année.

Couverture de la BD TRIPLE GALOP- tome 13

Couverture de la BD

Une BD très à cheval sur l’humour !

Comme le souligne Benoit Du Peloux, auteur et dessinateur de cette série, sur son site internet. Ce fils d’agriculteur, passionné par les paysages bucoliques, les animaux, et en particulier les chevaux, est secondé dans les scénarios de la BD par Christophe Cazenove.

Cette association dure déjà depuis mars 2007, date de la parution du Tome 1 de la série Triple Galop.

Le tome 13 de Triple Galop

Pour cet épisode, le club du Triple Galop s’est doté d’une nouvelle cavalerie : les poneys shetland, pour animer la section Poney-Club !! 🙂

La vie du club est donc quelque peu bouleversée par l’arrivée de ces mini chevaux, que certains prennent pour des poulains !!!

Les nouveaux apprentis cavaliers (des bambins de 3-4 ans) découvrent eux aussi cet univers passionnant, guidés par Monique, la monitrice.

Mais au final, le plus heureux c’est Mascotte, le poney gris, qui est ravi de voir des plus petits que lui !!

Mon avis

Facile à lire et distrayant, c’est une façon simple de passer quelques agréables moments de lecture et de divertissement.

Les équidés dessinés ont chacun leur personnalité, et des mimiques très bien représentées, agrémentées de regards qui en disent long 🙂

Franchement j’ai trouvé sympa et je recommande.

Se procurer la bande dessinée :

Publié aux éditions Bamboo, Triple Galop est disponible depuis août 2017 dans toutes les bonnes librairies et sur internet, au prix conseillé de 10,60€.

Pour une commande rapide, en quelques clics, voici un lien Amazon :

 

Je vous rappelle, que si vous passez par l’un de ces liens pour acheter ce livre (ou un autre), en tant qu’affiliée chez Amazon, je touche une petite (infime) commission à chaque vente, qui permet de participer à l’entretien de ce blog et de vous proposer autant de contenu gratuit !

wlEmoticon-winkingsmile.png

Catégories: BIBLIOGRAPHIE & CINÉMATOGRAPHIE ÉQUESTRE, Tous les articles | Tags: , , | Laisser un commentaire

Partager le moment present avec son cheval

les poneys d'attelage au pré

=> Cet article a été rédigé dans le cadre d’un projet sur le thème “La méditation a changé ma vie”. Ce projet est organisé par Florine Fond du blog Méditation pour Petits et Grands. Pour plus d’informations à ce sujet, cliquez-ici.

—–

Durant des années, je ne me suis jamais intéressée véritablement à la médiation.
Cette pratique s’apparentant à mes yeux (novices), à une coutume mystique ou ésotérique réservée à quelques initiés choisis par je ne sais qui.

Voilà la vision (étriquée) que j’avais alors de la méditation !!

Pourquoi la méditation ?

Jusqu’au jour où (mes douleurs récurrentes aidant) j’ai eu vent d’un médecin américain qui œuvrait pour ses patients à travers la méditation. Que fort des premiers résultats dans sa clinique de réduction du stress au Massachusetts, le docteur Jon Kabat-Zinn est également intervenu auprès de publics très variés : sportifs, juges, prêtres, personnalités, prisonniers, etc.
Alors, compte tenu de mon état physique et psychologique à cette époque et des doutes qui m’envahissaient… pourquoi ne pas s’intéresser de plus près, aux techniques qui apportent un peu de mieux-être dans le quotidien. 🙂

J’ai acheté son livre (Où tu va, tu es) qui traite de la pleine conscience. Je l’ai lu très vite, en appliquant aussitôt les exercices indiqués à chaque chapitre.

En fait, je n’imaginais pas que la méditation pouvait être aussi simple et surtout accessible à tous, n’importe quand et n’importe où !!

Simple ne veut pas dire facile à faire, ou à mettre en œuvre régulièrement, loin de là !!
Mais avec un tout petit peu de volonté, cela reste une pratique très accessible.

Et en définitive, rien n’est plus utile au quotidien que la pleine conscience !

Et qui plus est lorsque l’on travaille avec des animaux (quels qu’ils soient), car contrairement à nous, eux sont en permanence dans le présent, ici et maintenant….

Je comprenais alors vraiment pourquoi, parfois la communication ne s’établissait pas bien avec l’animal (en particuliers les équins), alors que d’autres jours, elle me semblait limpide, comme « magique »….
Simplement, sans doute, que mes pensées n’étaient ce jour là, pas toutes dirigées vers le moment partagé, et qu’elles nuisaient à ma lecture de l’instant présent, face à l’animal.

Équitation et pleine conscience

Travailler avec un animal implique de s’y intéresser un minimum. De caler son emploi du temps sur le sien pour lui proposer des séances au moment le plus optimum pour son apprentissage. L’idéal étant même d’attendre que l’équidé soit demandeur. 🙂

Évidement, j’ai bien conscience que cela n’est pas toujours évident à mettre en œuvre.

C’est néanmoins la méthode la plus productive !

Au moment où le cheval est pleinement disponible à communiquer et échanger avec nous, charge nous incombe de nous laisser aller avec lui. Pas de téléphone (même si c’est plus que la mode, en définitive c’est vraiment nocif…), pas de camaraderies, pas de bavardages ou autres distractions. Se plonger dans le présent, saisir l’instant et vivre à fonds ce moment magique d’échange fluide avec l’animal.

Être en pleine conscience c’est agir avec discernement, par ressenti, comme si nos gestes n’étaient pas « réfléchis ». C’est être à deux dans la même bulle, sans parasites extérieurs, quels qu’ils soient (et l’on sait qu’ils sont nombreux), pour vivre pleinement, ensemble ce moment présent.

On demande parfois des efforts considérables aux chevaux, qui ne sont pas des machines ; alors la moindre des choses, en leur présence, est d’être avec eux à 100%.

Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est possible. La pleine conscience exige un peu de rigueur de notre part, mais l’animal est toujours là pour nous rappeler à l’ordre !

Comment la méditation à changé ma vie

Savoir à tout moment être capable de se recentré intérieurement, sur ses sensations, ses émotions, et ainsi les accueillir sans jugement est un atout au quotidien, dans de nombreuses circonstances qu’impose notre vie stressante d’occidentaux.

Elle permet de nous rappeler que nous sommes vivants, et qu’il serait bon de réduire nos comportements automatiques, qui s’ils nous rassurent, nous privent également de nombreuses émotions et plaisirs à longueur de journée.

Les animaux ont cet énorme avantage sur nous : ils ne vivent ni dans le passé, ni dans le futur, mais uniquement dans le présent. Et ils sont d’excellents professeurs pour nous aider à retrouver sur la bonne voie. 🙂

Entourée de tous mes professeurs, mes journées sont ponctuées d’instants de pleine conscience, où je vis à fonds avec eux l’instant présent !

câlins à mon cheval

Un moment de partage avec Olivo

Catégories: AUTRES ARTICLES ET DIVERS, Tous les articles, Uncategorized | Tags: , , , , | Laisser un commentaire

Remettre le pied à l’étrier !

C’est amusant comme sujet de dissertation (les bénéfices d’une pause) pour une reprise d’écriture un mois de rentrée scolaire !!

Comme je me plais à le répéter, dans la vie, on fait plus souvent ce qu’on peut, que ce qu’on veut ! 🙂

C’est ainsi que depuis presque deux ans, Cheval-facile est en « pause ». Les équins de la maison sont également en vacances longue durée depuis ce temps là aussi, et ils ne s’en plaignent visiblement pas, profitant de la vie à la campagne en troupeau.

Pourquoi cette pause ?

Tout d’abord, il y a des priorités professionnelles qui font que parfois il faut se consacrer d’abord à ce qui rapporte de l’argent directement, et qui est en plein essors : c’était le cas à ce moment là de mon petit élevage de gallinacées, qu’il fallait lancer et pérenniser.

Depuis quelques années, je cumule plusieurs handicaps et problèmes de santé récurrents qui m’éloignent à chaque fois un peu plus de toute pratique équestre…. c’est un passage délicat qu’il faut apprendre à digérer et à accepter pour mieux rebondir. Et ça ne se fait pas en quelques semaines !!

Depuis le départ de mon vieux Twist, j’avoue aussi que la motivation générale sur le plan équestre à pris une grande claque. Je ne laisse pas toujours paraître toutes mes émotions et ressentis, mais ce fut là aussi un passage obligé difficile à passer.

Ainsi va la vie ! 🙂

La pause de l’intérieur

Ce break plus ou moins volontaire était nécessaire. J’arrivais dans une période de saturation où je rédigeais sur ce blog plus par « obligation » que par passion. Or, je n’aime pas faire les choses par obligation, car justement, on les fait mal de cette manière là.

On n’est jamais aussi bon à enseigner, transmettre, partager, échanger, que lorsque l’on parle de ce qu’on aime, de ce qui nous anime, nous motive, nous passionne. 🙂

Les petits poulets ont alors joué un rôle ultra important dans ma vie quotidienne. J’ai carrément fait un transfert sur les gallinacées, me plongeant corps et âme dans ce monde particulier et presque totalement inconnu pour moi à l’époque ! Un véritable challenge, de nouveaux apprentissages, de nouvelles connaissances à emmagasiner et à partager (car on ne se refait pas !!).

Chevaux et poneys, ainsi que tout le matériel d’équitation et d’attelage sont restés là….. en attente de « je ne sais pas quoi »…. L’avenir me le dira bien !!

Fin de pause…

Et puis soudainement cet été, il y a plein de signes dans la vie quotidienne, qui font comme des piqûres de rappel. La même semaine je croise plusieurs cavaliers, avec qui le dialogue équestre se renoue comme par magie. Se remémorer tout un tas de souvenirs plus géniaux les uns que les autres, se rappeler comme c’est valorisant de communiquer avec les équins aussi…

Comme par hasard, je retrouve Diane, une de mes anciennes élèves (du temps du centre équestre), qui vient me seconder durant ses vacances sur l’exploitation, pour les soins et l’entretien des petites poules, la préparation des colis, la communication sur les réseaux sociaux, etc. Inévitablement on parle à nouveau « cheval » à la maison !!! 🙂

Et tout aussi curieusement, mon chemin croise alors celui de Nathalie (les supers cavaliers), qui s’est également lancée dans le blogging équestre en intégrant la même formation que moi !

Durant cette même période je reçois chez moi un exemplaire du livre « Tarzan, poney méchant », que j’ai dévoré en quelques jours et que j’ai pris grand plaisir à chroniquer dernièrement sur le blog. 🙂

Je ne crois pas au hasard… Si le destin à mis tous ces signes sur mon chemin, c’est pour une bonne raison ! Me reste à déchiffrer ce message !

Remettre le pied à l’étrier

Il n’est bien sûr pas question de me remettre à cheval demain, même si cela me démange depuis longtemps d’aller faire un tour dans les environs sur le dos d’Olivo…. Juste pour le sentir marcher, déployer sa force, tendre ses muscles, se détendre ensemble simplement. Juste des sensations simples et basiques. J’en rêve depuis longtemps… Un jour viendra ! 🙂

Pour le moment quelques projets sont posés pour 2018 principalement, avec Diane, et probablement aussi un partenariat avec Nathalie (que je vais rencontrer demain !!). D’ici là, l’envie de lire, et d’écrire à nouveau sur le monde équestre devrait revenir rapidement !!!

Cette pause nécessaire aura été bénéfique dans le sens où elle m’a évité de me dégouter complètement de ce milieu et des chevaux. Ce qui aurait été inévitablement le cas, si j’avais persisté à écrire par obligation. Alors une pause (même très longue) pour mieux repartir, c’est top !!

Sur ces quelques lignes à la fois succinctes, mais qui en disent long, je vous dis à très vite 🙂

—–

cavalcade des blogs logo

Vous l’avez compris cet article participe à la Cavalcade des Blogs, qui fait aussi sa rentrée officielle en ce mois de septembre (après plusieurs mois de pause qui devrait lui être également bénéfique) !! Et cela grâce à Audrey du blog Qalo et Lolotte qui relance avec ferveur cette édition n°38. Merci à elle, et aux organisatrices suivantes !

Catégories: "LA CAVALCADE DES BLOGS", HISTOIRES VÉCUES | Tags: , | 2 Commentaires

TARZAN, poney méchant

livre Tarzan, poney méchant

Tarzan, poney méchant

Il y a quelques jours, Clélie Chevalier, attachée de presse des éditions Poulpe Fictions, m’a proposé de recevoir et découvrir ce nouveau roman illustré, signé Cécile ALIX.

À lecture de l’énoncé « Les pensées secrètes d’un poney grincheux enfin dévoilées ! », je ne peux qu’avoir envie d’en savoir plus sur Tarzan, le poney méchant. 🙂

Aussitôt dit, aussitôt fait (merci Clélie), le livre est là, et je le dévore en quelques heures. Un vrai bon moment d’évasion, de sourires et de détente. Que demander de mieux ?

Qui est Cécile ALIX ?

Auteur de plusieurs livres dédiés à la jeunesse, elle a même participé cette année à la conception de livrets de révisions ludiques pour les enfants en vacances 🙂

Comme mentionné sur son blog Homo Scribanus, Cécile aime contempler, lire, apprendre, partager et dessiner sur son clavier de nouvelles histoires. Dans sa tête, ça ondule du verbe, ça escalade les tournures, ça gymnastique de la phrase !!

Résumé

« Je me suis fait avoir sur toute la ligne ! Mon ami Noé a déménagé et sa famille m’a collé en pension au club des Edelweiss, en endroit abominable ! Rempli de stars à crinières tressées et de ponettes à leurs mémères !

Tout ça me rends vraiment… méchant !

Et les choses ne s’arrangent pas quand on m’inflige Jeanne, la pire cavalière qui soit, et qu’on m’oblige à partir en randonnée avec cette maladroite hargneuse sur le dos… »

Portrait de Tarzan

Poney connemara blanc (sous la crasse), d’1m43 au garrot (on ne se moque pas), au caractère affirmé et bien trempé.

illustration de Tarzan, poney méchant, par Louis Thomas

illustration de Tarzan, par Louis Thomas

Doté d’une superbe crinière (qui aurait besoin d’un coup de brosse et d’une petite coupe) et d’une queue ultra longue qui flotte dans le vent, Tarzan est l’image même du poney libre et heureux, vivant au pré toute l’année.

Anglophone (de niveau 6ème) et cultivé, Tarzan aime pourtant avant tout, la nature, les grands espaces, se promener avec Noé et regarder la lune qui est la même pour tous, où que l’on se trouve sur la Terre.

Poney gourmand qui craque facilement pour une touffe de pissenlit, une poignée de trèfle, de l’herbe bien verte, ou encre des aiguilles de pin, son pêcher mignon. 🙂

Tarzan, poney méchant ? Non !! Poney grincheux, méprisant et facétieux, seulement !! Ce qui pour l’humain peut effectivement, parfois être considéré comme méchant…

Le roman

Sa gourmandise vaudra à Tarzan, quelques déboires à découvrir tout au long de ce roman délicieux, facile à lire et amusant.

Extrait : « Je roule encore, je me trémousse jusqu’au ruban. Ça ne passera pas. J’ai trop de bide. La faute aux aiguilles dont je me suis gavé ces dernier jours… NON ! Je refuse ! Il n’est pas acceptable qu’un vague problème de corpulence m’empêche de retrouver ma liberté ! »

Tarzan se dévoile au fil des chapitres. Roman écrit à la première personne, c’est donc le poney qui s’exprime directement et sans filtre.

Il va ainsi mettre en avant au travers de son récit, certaines incompréhensions entre l’humain et l’équin, certaines incompatibilités, et certaines aberrations aussi, sur notre façon de faire avec les animaux..

Tarzan se revendique comme un poney libre et indépendant.

Extraits : « Je ne suis pas domestiqué, je suis un poney ayant librement consenti à une vie sociale avec la famille de Noé. »

« … même si tout ceci (et le reste) m’énerve prodigieusement, je me sens libre de vivre ici. Parce que je l’ai choisi.

Quelques annotations explicatives en bas de pages de termes plus ou moins techniques, d’expressions argotiques ou anglophones permettent d’ajouter une touche d’originalité à la façon d’écrire de Cécile Alix.

extrait :  » Coup de chanfrein équin : identique au coup de boule humain » 🙂

Tout le récit est illustré par des croquis simples et amusants du dessinateur Louis Thomas, ce qui illumine vraiment le roman.

Pour terminer, Tarzan propose 4 fins possibles différentes à ce premier roman ! On sent déjà qu’une suite devrait pointer au bout du clavier de Cécile prochainement !! 🙂

Où se procurer cet ouvrage ?

En cliquant sur lien Amazon ci-après 🙂

Je vous rappelle, que si vous passez par l’un de ces liens pour acheter ce livre (ou un autre), en tant qu’affiliée chez Amazon, je touche une petite (infime) commission à chaque vente, qui permet de participer à l’entretien de ce blog et de vous proposer autant de contenu gratuit !

wlEmoticon-winkingsmile.png

Catégories: BIBLIOGRAPHIE & CINÉMATOGRAPHIE ÉQUESTRE | Tags: , , , , , | Laisser un commentaire

La course d’orientation

boussole pour course d'orientation

Je n’ai pas eu la chance d’apprendre cela à l’école et ne c’est que tardivement que je découvre les parcours d’orientation et la joie qu’ils me procurent !

S’apparentant pour moi à un jeu de piste ou une chasse au trésor, je ne vois que le côté ludique et distrayant de chaque épreuve.

Plongée en totale immersion dans ma course d’orientation, je me déconnecte de tout durant quelques heures et cela fait un bien fou !

Durant une journée ou une demi-journée je me concentre uniquement sur le parcours à réaliser, tout en déjouant toutes sortes de pièges topographiques au passage !

A la découverte de nouveaux paysages

parcours orienation équestre

Carte en main, sur une épreuve avec mon fidèle Olivo !

C’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux lieux, un nouvel environnement auquel il est nécessaire de s’adapter pour être performant.

La qualité des sols par exemple, peut être bien différente de celle à laquelle on est habitué et nécessitera donc un certain temps d’adaptation ou de préparation préalable. Il est évident que l’on n’évolue pas de la même manière en plaine et en montagne, sur sol plan et stable ou en terrain boueux, voire rocailleux. Les bords de mer sont un cadre agréable, mais avancer dans le sable mou de la plage ou des dunes demande un peu d’entraînement pour ne pas en pâtir !

Si le jeu et la course d’orientation nous en laisse le temps, rien ne nous empêche d’apprécier l’endroit, sa géographie, sa géologie, son patrimoine culturel et historique, ses habitants et leurs coutumes, etc.

Les parcours d’orientation équestres

Je n’ai jamais eu l’occasion de participer à une course d’orientation (à pied j’entends !), mais je sais que le mot « course » y prend alors toute son ampleur : à savoir qu’il faut être le plus rapide à passer par tous les points topographiques obligatoires pour gagner.

En équitation le concept est un peu différent. C’est la notion de régularité qui remplace la rapidité d’évolution sur le parcours. Pouvant paraître plus compliquée à gérer de prime abord, cette donnée permet surtout d’ouvrir les épreuves à un public bien plus large.

Il ne s’agit donc plus d’être le plus rapide sur l’ensemble de la course, mais d’être le plus régulier possible en fonction de vitesses données et imposées par l’organisateur ; vitesses sans cesse renouvelées au fil des kilomètres parcourus, afin de rompre une éventuelle monotonie.

Cette notion rend l’épreuve encore plus intéressante (et plus complète) à mes yeux. Connaître son (ou ses) partenaire(s) équin(s) et notamment la vitesse d’évolution dans chaque allure, permet de faire toute la différence !

carte IGN pour course d'orientation

carte IGN pour course d’orientation

La lecture de carte

La carte reste bien sûr, l’élément clef des courses d’orientation. A la manière d’un parchemin retraçant l’emplacement du trésor, elle contient mille et une informations précises et importantes permettant de se repérer dans l’espace, de s’orienter, de localiser les balises (points de passage ou de rendez-vous imposés) puis de s’y rendre.

Ce sont les maîtres mots de l’orientation !!

Le côté ludique et pédagogique

J’ai autant aimé participer à toutes sortes d’épreuves, diurnes ou nocturnes (cf le Centaure Bourguignon), que devenir traceur et organisatrice de parcours, quel qu’en soit le niveau.

Parcours d'orientation en attelage avec les 4 poneys ... en Bretagne !!

Orientation en attelage avec les 4 poneys … en Bretagne !!

Lorsque j’enseignais en école d’équitation ce que je préférais transmettre à mes élèves était la topographie et l’orientation ! Trouvez pour chaque cavalier ou meneur, les meilleures techniques à lui apprendre, afin de le faire progresser et évoluer était un challenge sans cesse renouvelé que j’adorai relever !

Je ne concours plus depuis quelques années (handicaps aidant) et bien plus que l’équitation ou l’attelage en eux même, ce sont les courses d’orientation qui  me manquent vraiment le plus !

Ces milliers de kilomètres que j’ai pu parcourir en compagnie de mes chevaux et poneys, carte et boussole en main, à l’affût du petit chemin dissimulé derrière les buissons, restent à mon sens, de merveilleux souvenirs que le temps n’est pas près d’effacer !

—–

Ces quelques lignes sont ma contribution du mois à la Cavalcade des Blogs dont le thème actuel traite de nos passions diverses et variées.  C’est Émilie à travers le Blog de Dalawan qui nous offre ce sympathique sujet, auquel je vous invite tous à participer également ! 🙂

Et toi ???

Qu’est-ce qui te passionnes ???

Écris-le dans les commentaires en bas de page !

🙂

Catégories: DISCIPLINES & ACTIVITÉS ÉQUESTRES, TECHNIQUES ET SAVOIR-FAIRE ÉQUESTRES, Tous les articles | Tags: , , , , , , | 2 Commentaires

Un cheval intelligent ?

Une fois n’est pas coutume, je vais vous raconter une petite anecdote amusante concernant un équidé, et plus particulièrement une jument anglo arabe. 🙂

Cette histoire vraie et pourtant peu vraisemblable de prime abord, j’ai eu à nouveau l’occasion de la vivre à d’autres reprises par la suite, et avec d’autres animaux !

Ce n’est pas quelque chose de systématique, mais lorsque l’on y fait attention, on peut s’apercevoir ainsi des étroites relations et communications mentales que nous développons (parfois sans même le savoir) avec nombre d’animaux que nous côtoyons quotidiennement.

Ashley, anglo-arabe et fière de l’être !

C’est une vingtaine d’années en arrière qu’il me faut fouiller dans ma mémoire pour vous relater avec précision les comportements auxquels j’ai pu assister à ce moment là.

Arabesque du Gat, anglo arabe par Maître Pierre.

Arabesque du Gat, anglo arabe par Maître Pierre.

Arabesque du Gat (surnommé Ashley) est une jeune jument anglo-arabe que j’ai acquise un peu par hasard en début d’été, sur les conseils d’un ami éleveur, chez qui l’animal était en dépôt vente. Je n’étais à l’époque ni fan des chevaux (j’entends par là de grande taille) et encore moins des races proches du sang et délicates. Cet achat est donc à la fois une façon de voir les choses autrement et d’orienter un changement dans ma conception de l’équitation.

Très rapidement, il faut bien l’avouer, je constate qu’il n’y a aucune affinité entre nous deux. La jument n’a rien d’extraordinaire à mes yeux, et l’osmose que j’aime trouver avec un compagnon équin n’existe pas. Pour que cet achat ne se solde pas par un échec complet, je décide de peaufiner son dressage et éducation, pour la mettre ensuite à l’instruction dans ma structure équestre de l’époque.

L’anglo-arabe reste une race de chevaux sensibles, vifs et énergiques, peu adaptée au travail en club, avec une multitude de partenaires humains différents. Ashley n’échappe effectivement pas à cette règle théorique ! Autant je ressens peu de finesse (à mon goût) en la montant, autant elle se révèle vraiment délicate sous la selle des cavaliers et parfois même imprévisible. Jamais méchante, ni vicieuse, mais trop vive et réactive pour la conserver comme équidé d’instruction.

Ashley, le cheval intelligent !

La décision est par conséquent prise rapidement de la mettre en vente, afin de lui trouver le partenaire idéal, avec qui elle pourra s’épanouir bien plus que chez moi.

Aussitôt l’annonce sur le petit journal local (et oui ! à cette époque le bon coin et le web n’existaient pas !!!!!) passée, je constate un réel changement dans le comportement global d’Ashley. Tant au pré, où elle vient me voir et chercher le contact, ce qu’elle évitait jusque là, que lors des séances montées avec les élèves, où elle commence à se faire aimer.

Forte de cette constatation positive et agréable, je me dis, que j’ai failli passer à côté de quelque chose en voulant m’en séparer !! Heureusement rien n’est encore fait, et j’explique que le cheval n’est plus disponible à la vente, lorsque l’on me contacte.

La jument a entre temps, trouvé plusieurs cavaliers (indifféremment homme ou femme) avec qui le courant passe ! Tout est bien qui fini bien, me direz-vous ? Ce serait trop facile !!! 🙂

À l’issue de la période de publication de l’annonce, curieusement l’attitude de Ashley change et les relations construites avec certains élèves se dégradent doucement mais sûrement… Après quelques mois nous sommes revenus au point zéro de cette histoire, avec un cheval dont personne ne veut plus, car trop délicat.

Retour à la case départ !

Dès la semaine suivante, une annonce paraît de nouveau. Je vous laisse imaginer la suite !! Je pourrais simplement faire un « copier-coller » des paragraphes précédents !!! 🙂

Bien évidement je n’ai pas fait le rapprochement tout de suite, trop heureuse à chaque fois de voir la jument évoluer ! Ravie de pouvoir lui offrir cette nouvelle chance !! J’avoue sur le coup avoir été bien naïve !

jument anglo arabe et sa pouliche par un étalon fjord

Ashley et sa pouliche crème

La reconversion de Ashley

Au printemps suivant, je décide de mettre la jument à la reproduction, ayant à domicile un magnifique étalon de race Fjord. Le croisement, outre le fait de posséder une robe de couleur originale, devrait produire un grand poney polyvalent, sans doute plus proche de mes affinités habituelles !

La jument est plus calme, et une année entière s’écoule ainsi, presque sereinement. Je ne saurais dire pourquoi mais la jolie pouliche crème ne m’attire, au final, pas plus que sa mère ! Contrairement à tous les autres produits (obtenus de cet étalon) que je trouve attachants et intéressants, celle-ci me laisse indifférente.

La pouliche est est rapidement vendue, et Ashley remise progressivement au travail. Je retrouve un cheval compliqué, peu appliqué et impliqué dans son boulot…

À nouveau : retour à la case départ !

Le mot de la fin !

Une nouvelle (et énième) annonce est publiée.

Très vite, un contact sérieux se profile, d’un cavalier souhaitant faire du complet* et du T.R.E.C.* ; cela tombe bien, malgré nos incompréhensions mutuelles la jument a tout de même appris beaucoup et si elle n’a pas participé aux épreuves de TREC, elle a fait quelques parcours d’obstacles et de cross dans ses périodes fastes avec ses cavaliers préférés !!

RDV est pris pour la journée du cheval, dans le club en question. Je dois y faire une démonstration de P.T.V.* avec Twist, mon poney fétiche. J’emmène Ashley avec nous, pour un essai sur place. L’idée étant bien entendu de ne pas la ramener et de conclure la vente là bas !

Sur le site, en bord de mer, le vent souffle fort, mais le soleil est au rendez-vous pour la manifestation prévue. 🙂

Je présente Twist au public pour la démonstration de ma discipline favorite. Le propriétaire du centre, n’ayant pas le temps nécessaire, me demande de monter la jument sur le parcours mis en place. Ashley n’a jamais fait, ça sent le plan pourri à plein nez, mais je n’ai pas le choix si je veux finaliser la vente !

Oh surprise ! Pour la première fois je découvre un animal attentionné, à l’écoute, prêt à me faire plaisir, n’ayant aucune crainte des bannières et drapeaux publicitaires qui claquent avec le souffle marin. Incroyable mais vrai ! Ashley se révèle une excellente monture de P.T.V..

L’idée de la remettre dans le camion me traverse alors l’esprit ! 🙂

Non non !! Il ne faut pas craquer, on connait la suite de l’histoire sinon !

Ce jour là, j’ai laissé Ashley à ses nouveaux propriétaires, en me demandant si c’était réellement le bon choix et si je ne me privait pas d’un partenaire de T.R.E.C. idéal !

Je ne le saurai jamais !

coucher de soleil sur lequel se dessine la jument

coucher de soleil sur lequel se dessine la jument

Ashley le cheval intelligent

Mais une chose est certaine, Ashley avait cette aptitude à ressentir les décisions prises à son encontre, et à les contrecarrer, en adoptant soudainement le comportement tant attendu. Elle savait lire mieux que d’autres dans les intentions humaines, et en jouer lorsque nécessaire.

Quoi qu’il en soit cette expérience aura été pour moi, riche en enseignements de tous horizons !

wlEmoticon-winkingsmile.png

—–

cavalcade des blogs logo

cavalcade des blogs

Cet article est ma contribution (avec l’autorisation de Sophie, organisatrice de l’édition) au festival de La Cavalcade des Blogs qui vient de se terminer. Le sujet proposé par Sophie du blog Dans les yeux de Nestor  était de relater des histoires insolites en rapport avec les animaux.

Merci à elle d’accepter ma participation un peu en retard (du fait d’imprévus animaliers à gérer ces derniers jours !!)

—–

* complet : concours complet d’équitation (CCE) comprenant un parcours de dressage, d’obstacle et de cross en campagne

* TREC : Technique de Randonnée Equestre en Compétition ; sans doute la discipline équestre la plus complète, exigeant polyvalence du cavalier et de son cheval, ainsi qu’une grand complicité.

* PTV : Parcours en Terrain Varié ; c’est l’une des épreuves d’un TREC

Catégories: "LA CAVALCADE DES BLOGS", HISTOIRES VÉCUES, Tous les articles | Tags: , , , , , | 5 Commentaires

Les 10 bonnes raisons d’appeler un Saddle Fitter

Je laisse aujourd’hui la parole à Maud Louzon, auteur du blog Cliquer son cheval, et Maud L. Saddle fitter. C’est donc elle qui s’exprime dans cet article, dans le cadre de son activité professionnelle que j’avais envie de partager avec vous tous !

Les 10 bonnes raisons d’appeler un Saddle Fitter

  1. Prises de mesures lors d'une consultation de saddle fitting.

    Prises de mesures lors d’une consultation de saddle fitting. (photo Maud Louzon)

    Votre cheval a un soucis de comportement: il bouge au montoir, bouge quand on le selle, mord au sanglage, secoue la tête ou fouaille de la queue quand le cavalier monte. La selle lui fait sans doute mal et il essaye de le dire!

  1. Vous avez un budget qui ne vous permet pas d’acheter une selle neuve de grande marque mais vous voulez avoir l’avis d’un professionnel et une selle de bonne qualité.

  1. Vous avez souvent mal aux lombaires ou vous avez du mal à vous maintenir dans une bonne position (cul dans la brouette ou penché en avant)… la selle ne convient sans doute pas à votre cheval et sans doute à vous aussi!!!

  1. Votre selle et vos cuirs ne ressemblent pas à grand chose, ils poissent ou sont secs… Le saddle fitter est aussi un pro du cuir et a plein de bonnes astuces pour entretenir son matériel comme il faut avec de bons produits.

  1. Quand l’ostéopathe passe, c’est toujours les mêmes endroits qui sont en vrac… Et si c’était la selle qui provoquait ces blocages?! Ca arrive bien plus souvent qu’on peut le penser et c’est le moment de faire un bilan avec son saddle fitter.

  1. Vous souhaitez changer votre selle mais vous êtes complètement perdu face à toutes ces marques, tailles et modèles, le saddle fitter est là pour faire la lumière sur tout ça et vous guider dans votre choix, mais surtout éviter les erreurs qui pourraient faire mal au dos du cheval.

  1. Votre cheval a une morphologie qui sort de l’ordinaire: (garrot très prononcé ou au contraire un dos tout plat) vous avez essayé des dizaines de selles mais rien ne semble convenir… L’avis du spécialiste est souvent bien utile dans les cas un peu « extrême».

  1. Vous avez un jeune cheval et il change constamment de morphologie, vous vous demandez comment faire pour avoir un équipement qui reste adapté à son physique sans pour autant investir X milliers d’euros, il y a des solutions et le saddle fitter peut ajuster la selle sur place au besoin!

  1. Vous en avez marre de passer vos soirées sur le bon coin à chercher la perle rare, à attendre patiemment que le vendeur vous réponde et de prier très fort pour que ça soit pas une arnaque…et surtout vous avez envie d’essayer, bref maintenant vous savez qui appeler!

  1. Le saddle fitter a été formé pour trouver la selle qui convient le mieux au couple et peu importe votre niveau, la marque de votre selle, le cheval que l’on a ou la discipline pratiquée par le couple. Donc il vous répondra sans a priori et sait faire la part des choses avec le marketing et les modes.
Catégories: AUTRES ARTICLES ET DIVERS, DISCIPLINES & ACTIVITÉS ÉQUESTRES, TECHNIQUES ET SAVOIR-FAIRE ÉQUESTRES, Tous les articles | Tags: , , | Laisser un commentaire

Rencontre, changement et réussite

Ce mois-ci, Emilie de Cavali’erre nous propose de dévoiler la ou les rencontres qui ont pu marquer ou bouleverser notre vie. C’est un sujet vaste et passionnant, car nous faisons chacun des centaines, que dis-je, des milliers de rencontres par an !!

Qu’elles soient humaines (physiques ou virtuelles), animales de tous poils, plumes ou autres, qu’il s’agisse d’un lieu ou d’une circonstance…… nous sommes tous concernés !

Vous pouvez accéder directement à l’article de lancement de cette 25ème édition de La Cavalcade des Blogs, en cliquant sur le lien de couleur verte.

Mes rencontres

Cette rencontre avec Shawnee petit quarter qui m'a fait découvrir l'arrière pays de la Silicon Valey

Cette rencontre avec Shawnee petit quarter qui m’a fait découvrir l’arrière pays de la Silicon Valey

Comme dit précédemment, des rencontres j’en ai fait des quantités non quantifiables, des chevaux (un peu) des poneys (beaucoup) ont marqué ma vie équestre inévitablement. J’ai aussi croisé des enseignants, des coach, des « grands » cavaliers, des entraîneurs, et une multitude d’élèves qu’ils soient cavaliers ou meneurs, ou simplement passionnés par le travail à pied, aux côtés de l’animal.

De belles rencontres il y en a eu beaucoup ; j’ai de la chance ! A tous les niveaux et tous les points de vue, et je profite justement de ce moment particulier, pour remercier simplement ceux et celles qui ont un jour croisé ma route, partagé, échangé avec moi, et m’ont apporté ce que l’on peut qualifier de bonheur ou de bien être.  🙂

Des rencontres insolites et surprenantes ont également jalonnées mon parcours à travers la France et même le monde.

Des rencontres amicales (peu) qui durent dans le temps après plus de 20 ans déjà (Sandra, Niko, vous vous reconnaitrez !), et d’autres plus fugaces mais parfois intenses.

Mais celle qui a vraiment changé ma vie, c’est la rencontre de Philippe, lors d’une formation professionnelle…

Cette rencontre bouleversante

Philippe Leclair (photo issue de son site : Stratégie de la réussite)

Philippe Leclair (photo issue de son site : Stratégie de la réussite)

2008 : j’assiste à une formation dans le cadre de l’enseignement et le coaching sportif, plus précisément l’entraînement et la préparation mentale. L’intervenant s’appelle Philippe Leclair, sportif de haut niveau, champion du monde de cross court, sophrologue, psychologue, conférencier et consultant, il est l’instigateur de la méthodestratégie de la réussite’, qui a déjà fait ses preuves dans plusieurs domaines.

Simple et abordable, le contact facile, Philippe capte son auditoire rapidement. Des mots percutants, des techniques facilement applicables pour tous, qui révolutionnent à la fois les croyances, les craintes, le quotidien.

Pour faire court : il y a un AVANT Philippe Leclair, et un APRÈS !!! 🙂

Il est impossible de sortir d’un séminaire qu’il anime, sans se dire que l’on passe complètement à côté de sa vie, de ses chances et surtout de ses possibilités et capacités personnelles, que parfois même, on ignore.

Conquise lors de ce premier stage par sa méthode simple et efficace, truffée de petits trucs (importants) auxquels on ne pense jamais, et qui pourtant, font toute la différence, j’ai décidé d’appliquer tout ce que je pouvais pour en tester les bienfaits, et les bénéfices souvent immédiats.

j’ai pratiqué et pratique toujours, nombre des conseils distillés avec patience et maîtrise par Philippe, d’abord sur moi-même, afin d’en intégrer parfaitement les prémices des concepts. Mon espoir du moment était de pouvoir ensuite en faire profiter mes élèves, particulièrement les compétiteurs équestres, dont j’avais à l’époque la responsabilité.

Apprendre de la technique (quelle qu’elle soit) c’est une chose, la mettre en pratique est une étape que peu de personnes franchissent vraiment et durablement.

Changements et réussite

J’ai eu la chance de participer quelques mois plus tard à une seconde session de perfectionnement qui a été pour moi la révélation et la confirmation que des éléments me manquaient pour gagner en performances !

Philippe pousse chaque stagiaire à dépasser les craintes imaginaires produites par notre cerveau (et parfois non fondées !!), afin de constater justement par soi-même que ces peurs n’avaient pas lieu d’être !

podium du championnat de france d'attelage

La victoire au bout des guides !

Les exercices proposés vont de la pratique strictement individuelle, à la cohésion de groupe en passant par la confiance (qui se doit d’être inébranlable) dans un binôme.

Tant de techniques simples qui changent la vie dans tous les sens du terme !!!! 🙂

Je ne pense pas que cela soit un hasard si les années suivantes je remporte un championnat de France avec aisance et plaisir, et si plusieurs de mes élèves se hissent également sur les différentes marches des podiums, toutes disciplines confondues. Nous avons tous pratiqué la préparation, et surtout l’entraînement mental spécifique qui ces jours là, à fait la différence !

Pour conclure…

Cette rencontre initialement improbable, je ne la regrette pas. Elle a bouleversée ma vie et modifiée mes comportements pour un mieux être quotidien, et une sérénité facile à retrouver rapidement, lors de situation stressantes.

Alors un grand MERCI à Philippe pour ses enseignements, ses encouragements et sa patience.

wlEmoticon-winkingsmile.png

Je vous invite à partager vous aussi vos rencontres émouvantes, sensationnelles, uniques…….

Soit par le biais des commentaires en bas de cette page

Soit en participant à ce festival ouvert à tous (rappel des conditions)

! à très vite de vous lire !

Catégories: "LA CAVALCADE DES BLOGS", AUTRES ARTICLES ET DIVERS, HISTOIRES VÉCUES, TECHNIQUES ET SAVOIR-FAIRE ÉQUESTRES, Tous les articles | Tags: , , , , , , | 1 Commentaire

Idéaux équins

idéal équestre : le cheval libre dans la relation

J’ai toujours été attirée par ce qui sortait de l’ordinaire, ou par ce que les autres rejetaient.

Les chevaux/poneys n’échappent donc pas à cette règle qui est mienne ! Du moins idéalement ! Parfois la réalité décide que les évènements seront bien différemments de nos envies ou pensées.

J’ai commencé ma pratique équestre du haut de mes 6 ans, sur des « chevaux » (ou du moins de très grands poneys entre 1m40 et 50), puisqu’à cette époque lointaine maintenant, peu de structures proposaient des activités sur shetlands ou petits poneys, adaptés à la taille des enfants. Dès lors mes préférences (purement visuelles et physiques) sont allées immédiatement sur tous les équidés qui n’étaient ni alezan*, ni bai*, donc assez rares en France dans les années 70 : les gris, quelque soit la nuance, les pies, les isabelles, les palomino et autres robes « exotiques ».

Pas une préférence particulière, juste le choix de celui ou celle différent des autres dans sa robe, ou dans les détails de celle-ci.

La couleur de la robe ne fait pas tout !

La couleur de la robe ne fait pas tout !

Avec le temps et les années passant, j’ai appris et compris que comme le dit le dicton : « l’habit ne fait pas le moine » ! Que l’on peut avoir plus d’affinité avec un animal dont l’aspect extérieur ne nous plait pas, voire même nous repousse au premier abord ! Qu’il est souvent plus facile de lier une relation puissante et constructive avec un cheval ou poney de robe commune, et que c’est sans doute plus important que le paraître d’une jolie couleur !

Puis rapidement j’ai réalisé que j’avais un attachement et une facilité avec les équidés dont personne ne voulait, ceux catalogués comme difficiles, caractériels, in-montables, voire dangereux, etc. Je ne saurai dire si à l’époque c’était un défi, ou déjà quelque chose d’inné en moi, qui me poussait inexorablement vers ces êtres rejetés, que je ne craignais pas et qui souvent m’accordaient confiance et patience dès le premier instant. Sans doute aussi un brin d’insouciance et d’inconscience, qui fait que l’on est pleinement soi même, sans artifice ni faux semblant que les animaux détestent.

Toujours est-il que je me rappelle adolescente avoir listé ce « portrait » du cheval dont je rêvais ! C’était lors d’un concours pour je ne sais plus quelle marque de produit, et il y avait un cheval à gagner ! Sur la photo il était bai, beau, assez fort au niveau des épaules et des hanches, le nez dans l’herbe verte en train de brouter paisiblement. Je revois cette image qui a trôné des mois sur mon bureau, comme si c’était hier. Je ne lui changerai pas sa couleur, alors j’ai imaginé ses qualités physiques et mentales, les jeux et codes que nous allions mettre en place ensemble !

Je rêvais qu’il ne comprenne que moi, que notre langage, codification jalousement gardée, comme un secret d’état de la plus haute importance ! J’avais même dressé une liste d’actions correspondant à des réponses qu’il aurait du être capable de me donner. En y repensant aujourd’hui, je m’aperçois simplement que tout cela n’était déjà que de la communication en partie intuitive, et que je voulais déjà utiliser mon corps comme outil, en lieu et place des rênes sur qui tout le monde tire, arrachant la bouche des malheureux équidés. Déjà à cette époque j’étais (inconsciemment) en contradiction avec l’équitation qui était alors enseignée un peu partout.

Twist, compagnon d'une vie....

Twist, compagnon d’une vie….

Lorsque Twist est entré dans ma vie, il était bai (et l’est resté toute sa vie !), il avait un tempérament de fou, et un moral de guerrier. Petit par la taille, mais géant par le coeur et la volonté. Peu à peu j’ai réalisé qu’il devenait compliqué (voire dangereux) de prêter mon poney. Notre façon de communiquer ensemble était établie et instinctive, claire pour lui, pas toujours forcément pour moi, en particulier en ce qui concernait la vitesse. En dehors de ce défaut Twist à fait partie de ma vie durant plus de 20 ans, mais bien peu de cavaliers auront pu profiter de tout son savoir faire.

Puis il y a eu un évènement encore plus déterminant dans ma façon de penser et d’idéaliser mon partenaire équin. Un jour j’ai laissé parler mon coeur, écoutant un cheval que je ne connaissais pas et ne souhaitais aucunement acquérir, m’inciter à le ramener aux écuries. Depuis ce jour j’ai compris et appris que rien ne sert d’avoir un rêve irréalisable, tant de doux et beaux rêves sont chaque jour à notre portée, mais nous ne les voyons pas, pris dans nos pensées tournées vers un futur irréalisable, nous passons à côté du simple présent et de tout ce qu’il nous offre.

Ce jour là j’ai acquis un compagnon formidable, sans réellement m’en rendre compte. Il lui a fallu se battre (mentalement et physiquement) pour que je comprenne son désir d’être mon partenaire. Ce cheval qui ne me plaisait pas (il était bai, malnutri, mince, grand et pur-sang) m’a ouvert les yeux, m’a appris la confiance, la communication, l’établissement d’une relation harmonieuse dans le respect des besoins de chacun.

C’est ainsi que j’ai compris que le plus important était d’être sur la même longueur d’onde ! Que de pouvoir simplement penser pour qu’il agisse était magique et facile ! Il suffisait d’ouvrir les yeux et de vivre l’instant présent.

Olivo ce cheval qui m'a choisi !

Olivo ce cheval qui m’a choisi !

Ces quelques réflexions, purement personnelles sur notre idéal équin entrent dans le cadre du thème mensuel de la Cavalcade des Blogs, organisée ce mois-ci par Alexandrine (du blog Éduquer son cheval).

Vous pouvez retrouver toutes les éditions à venir (en cliquant ICI), ainsi que tous les écrits produits jusque là !

Catégories: "LA CAVALCADE DES BLOGS", HISTOIRES VÉCUES, RÉFLECTIONS ÉQUESTRES, Tous les articles | Tags: , , , | 1 Commentaire

Les poneys de Sandrine la menent vers Forez

le cheval Forez et les enfants

Aujourd’hui cest à nouveau, une belle histoire équestre racontée avec passion et ferveur par Sandrine, l’heureuse propriétaire de Forez, un vieux cheval de selle qui n’avait plus guère d’avenir, et Luna, une chipie sans nom qui n’a peur de rien ! Vous l’avez compris, c’est donc Sandrine qui s’exprime dans le « je » de ce récit.

———–

Rencontre avec les chevaux

Sandrine en compagnie d'un jeune poulet de race brahma

J’aime tous les animaux !! pas que les chevaux !

Je n’avais pas 5 ans que je disais déjà à mes parents vouloir un cheval ! Nous n’en n’avions pas les moyens, à tous points de vue. Interne très jeune, je ne revenais à la maison que pour les vacances. C’est au lycée que je rencontre Cyril, qui deviendra mon mari quelques années plus tard. Il s’est dès lors promis de mettre tout en oeuvre afin de réaliser ce rêve cher à mon coeur.

A cette époque nous vivions en appartement au 3 ème étage dans un quartier aujourd’hui tristement célèbre sur Nice, pour sa délinquance actuelle. Nous avons d’abord quitté Nice pour Avignon, puis emménagé vers le centre de la France espérant ainsi obtenir un peu de terrain pour quelques animaux.

Grâce à des relations professionnelles, j’intègre une association d’attelage au sein de laquelle je vais apprendre le rôle du groom (équipier) et pratiquer durant 3 ans. Cette discipline me plaît vraiment car c’est une autre approche du cheval.

Ce qui m’attire le plus chez les équidés c’est la confiance et l’amour, ces liens uniques qui se créent entre le cheval et nous, humain. J’ai toujours eu une préférence pour les activités d’extérieur comme le TREC, mettant en avant la complicité du couple.

La passion et le désir d’avoir un petit équidé à aimer

deviennent de plus en plus forts.

wlEmoticon-flirtmale.png

L’arrivée du premier poney

poney

Turquoise, arrivée chez nous en septembre 2008

Nous avons eu une première et douloureuse expérience avec Turquoise : une gentille petite ponette shetland vendue avec son matériel d’attelage. Quelle bonne idée pour débuter !

Mais voilà, le malheur est survenu 2 mois après l’acquisition de l’animal, alors âgé seulement de 2 ans : Turquoise est retrouvée sans vie dans le pré derrière la maison… Ce fut le gros drame à la maison et un choc pour toute la famille, ainsi  qu’une inévitable remise en question générale…

  • Qu’avions nous fait ou pas fait ?
  • Que s’est-il passé exactement ?
  • Étions nous responsables de son décès ?
  • Le destin en avait peut être simplement décidé ainsi, et rien n’était à faire…

Nous ne le sauront jamais et la cicatrice ne se refermera jamais non plus.

Toujours difficile d’accepter la réalité dans ces cas là… quelle qu’elle soit.

Luna la rebelle !

Luna ponette attelée est arrivée chez nous en 2009

Luna ponette attelée est arrivée chez nous en 2009

Cyril gardant sa promesse en tête et ma passion toujours présente, un an plus tard, pour la St Valentin, est arrivée Luna, une petite sauvageonne mais si mignonne, qu’elle est de suite adoptée par toute la famille.

Luna grandi devenant à la fois une agréable partenaire d’attelage et une gentille jument sous la selle de ma fille, qui passionnée d’équitation la monte de temps en temps tenue en longe.

Rapidement j’en ai un peu marre de faire les balades à pied alors qu’Océane chevauche Luna ! Elles progressent toutes les 2 et j’aimerais bien avoir un cheval pour les accompagner et faire des promenades ensemble. Malheureusement nous n’avons pas les moyens (tant financiers que matériels) d’accueillir un cheval, je n’ose donc pas en parler…wlEmoticon-smile.png

… et puis je m’amuse déjà tellement en attelage avec Luna,

que c’est déjà merveilleux.

 

À la rencontre de Forez…

Cyril de son côté, écume les annonces tous les jours et fini par tomber sur « un vieux cheval facile a monter, idéal pour débutant » ; il faut dire que je n’ai pas un bon niveau en équitation,  juste de la passion, et quelques expériences de jeunesse.

C’est ainsi que nous voilà partis pour 3h de route à travers la Sologne, à la rencontre de Forez, un bel alezan de 22 ans. Son propriétaire me propose de l’essayer : il est doux gentil, je peux facilement le mettre aux 3 allures, et je me sens à l’aise avec lui. Océane alors âgée de 7 ans le monte avec une grande aisance également. L’animal semble bien pour un cheval de cet âge mais il est surtout maigre.

Je n’y connais pas grand-chose ; je vois seulement l’occasion tant attendue de pouvoir assouvir un rêve d’enfant et je m’imagine déjà en balade, ma fille à mes côtés, sur Luna.

De purs moments de bonheur en perspective !

wlEmoticon-flirtmale.png

Le propriétaire de Forez, compréhensif, nous propose de livrer le cheval au printemps afin que nous puissions organiser et préparer son arrivée, d’ici là.

Le mois de mai est enfin là : c’est la date ultime que nous attendons tous ! Le camion se gare devant la maison ; Forez est toujours aussi beau à mes yeux. Il est maigre.

Est-t-il plus maigre que lors de notre visite ?

Je ne saurai le dire.

cheval alezan

Forez (arrivé à la maison en 2015) avec Océane

Sur le moment, cela ne me préoccupe pas trop, me disant que les chevaux comme les hommes, il y en a des « gros » et des plus « sveltes ». En Sologne Forez avait un grand champ qu’il partageait avec un jeune cheval, il devait donc avoir tout ce dont il avait besoin.

Je monte une ou 2 fois Forez, mais rapidement Luna qui est jalouse, se dévoile compliquée à gérer en compagnie du cheval. Je suis régulièrement obligée de les séparer dans des champs différents afin d’obtenir un calme tout relatif et de pouvoir la remettre aussi un peu au travail. Luna montre son véritable tempérament, et affirme son caractère bien trempé autant vis à vis de Forez, que des membres de la famille.

L’été est rude (fortes chaleurs dépassant les 40° durant plusieurs jours, pas de pluie, plus d’herbe…) et Forez maigri. Mais mon œil de novice ne s’aperçoit de rien ; je ne vois que Mon cheval que j’aime. Je le brosse, lui parle, l’emmène en promenade, le plus souvent à pied, pour faire connaissance ; c’est tellement mieux que sous la selle !

Pour le moment, je ne veux plus le monter je le trouve maigre et fatigué…. Nos sorties en main sont bénéfiques pour nous deux : une marche active et tonique pour les muscles, des pauses pour brouter de l’herbe, se faire plaisir et se ressourcer tous les deux ! C’est bon pour le physique et bon pour le moral aussi !

promenade à cheval

Lors de l’une de nos premières promenades !

Il nous aura fallu pas moins de 10 ans pour faire entrer dans nos vies

ces premiers poneys puis ce vieux cheval qui n’attendait qu’un peu d’attention.

wlEmoticon-flirtmale.png

Catégories: AUTRES ARTICLES ET DIVERS, Tous les articles | Tags: , , , , , , , | 5 Commentaires