browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

« Le silence des chevaux » par Pierre Enoff

Posted by on 16 juillet 2014

« Plaidoyer pour un autre monde équestre »

 

Si nous étions attentif au regard que les chevaux portent sur notre façon de les « aimer », nous changerions notre comportement à leur égard. (Pierre Enoff)

couverture du livre "Le silence des chevaux"

Un incontournable d’une bonne bibliothèque équestre.

Qui est Pierre Enoff ?

Né en 1951 à Paris, Pierre Enoff est ingénieur en génie mécanique. C’est en 1977 qu’il s’installe dans la vallée du Carol à Porta (66) au sein des Pyrénées Catalanes, afin d’y créer un gîte, des chambres d’hôtes et une ferme équestre, qui deviendra la structure ÉQUIlibre connue et reconnue.

Accompagnateur de Tourisme Équestre, Pierre encadre des randonnées à travers les massifs franco-espagnols de cette belle région du Parc Naturel des Pyrénées, ainsi que des transhumances de plusieurs jours, sur sa cavalerie, née et élevée sur place depuis une trentaine d’années. Environ 80 chevaux vivent en liberté sur d’immenses espaces ouverts, et ce toute l’année !

Le Centre de Porta est devenu une référence en matière de chevaux pieds nus, montés sans mors et en partenariat avec l’humain.

Pierre nous dévoile dans son livre « Le silence des chevaux », la souffrance (silencieuse justement) de nos fidèles compagnons de route, qu’il à pu étudier à loisir sur un important panel d’équidés, depuis de nombreuses années maintenant, au sein de sa ferme nichée au milieu des montagnes.

Comme aime à le dire Pierre : « à Porta, les chevaux naissent, mais ne meurent pas ! »  lors d’une interview filmée que vous pouvez visionner à la fin de cet article.


De quoi parle « Le silence des chevaux- plaidoyer pour un autre monde équestre » ?

L’ouvrage de Pierre Enoff aborde les relations inter-espèces entre l’humain et l’équidé ; il remet en cause les traditions équestres militaires bien ancrées, en s’affirmant à contre courant des pratiques actuelles de l’équitation.

Il évoque le bien être animal, les conditions de détentions et les raisons de ne pas ferrer les chevaux, ou la nécessité de les déferrer selon les cas, tout en étayant ses propos de démonstrations scientifiques avérées, de schémas et d’illustrations.

 

La préface est de Claude Gudin, ingénieur et docteur en biologie (CNRS, INRA, CEA), mais également auteur de nombreux articles scientifiques et brevets, ainsi que de plusieurs livres dont « Une histoire naturelle de la séduction ».

Claude Gudin estime que l’ouvrage de Pierre,  « Le silence des chevaux » est très bien documenté avec une argumentation scientifique évidente.

Il est temps de sortir le cheval de l’univers carcéral qu’on lui réserve bien souvent, en lui redonnant la liberté de marcher pieds nus dans l’herbe pour s’y nourrir.

Cela résume assez bien le sujet traité ! 🙂

 

Le découpage du livre en 5 grands chapitres, que nous allons voir ci dessous, est complété par un abécédaire impertinent (intéressant à découvrir), une bibliographie et se termine par une postface d’Olivier Sirot, instructeur et ancien écuyer du Cadre Noir de Saumur. Les extraits issus de l’ouvrage et les citations de l’auteur sont en vert, afin de les identifier rapidement.

Le sommaire du livre "le silence des chevaux"

Le sommaire du livre

Chronique et résumé du livre « Le silence des chevaux »

Introduction : du cheval de guerre au cheval partenaire

Le cheval sauvage est ainsi devenu cheval de labour, cheval de transport, cheval de guerre, cheval de boucherie… Un bon ouvrier, un esclave puissant, docile, et surtout, en cas de rébellion, facilement convertible en steaks.

Pierre Enoff met en évidence que l’alliance entre l’homme et l’animal s’apparente bien plus à une relation déséquilibrée de type asservissement ou régime pénitentiaire que tout autre chose.

Alors que les loisirs équestres se démocratisent, le regard de l’homme sur ce compagnon n’évolue pas et il continue de lui imposer des principes contraignants :

  • isolement
  • alimentation choisie (souvent inadaptée à ses besoins)
  • travail à la demande
  • etc.

Comment peut-on parler d’amour des chevaux, cet amour que claironnent jockeys et cavaliers des centres équestres alors qu’ils perpétuent eux-même les pires traditions ?

Le changement des mentalités est en route, mais les remises en causes de traditions séculaires sont difficiles, d’autant qu’il faut un minimum d’ouverture d’esprit et savoir ce qu’est le respect. Respect qui soit dit en passant, semble cruellement manquer encore de nos jours, dans toutes nos institutions équestres.

L’homme abuse avec ses congénères, avec les autres espèces. Ne soyons pas complices de cette démarche peu honorable ! Commençons à grandir dans notre relation à l’autre. Refuser cette prise de conscience, c’est nous ignorer nous mêmes.

 

Chapitre I : Ouvrez ouvrez la cage aux chevaux !

Le statut des équidés passe du cheval militaire ou cheval de labour, à compagnon sportif ou de loisir. Seulement il reste un petit soldat enfermé dans sa caserne (=box) et toujours de corvée.

L’auteur parle alors de « boîtes » pour les boxes à chevaux :

Box : nom se voulant « technique » pour désigner la cage dans laquelle se trouve enfermé le cheval.

En général, elles mesurent 3 à 4 m de côté pour 2,50 m de haut, c’est-à-dire que le cheval dispose d’une marge de manœuvre de quelques dizaines de centimètres.

Ramené à notre corpulence, cela équivaut à un enfermement dans une cabine téléphonique – sans sanitaires et dans laquelle la nourriture serait jetée à même le sol.

On peut aussi penser à un poisson rouge dans un verre d’eau.

Pierre Enoff dénonce même avec humour (ou cynisme, ou tristesse ?) la vente de boxes extérieurs pour le bien être de nos équidés modernes !!

 

 Marcher et manger

Deux des principaux besoins physiologiques des équidés sont de brouter plus de 12h/jour, et de marcher (10 à 15 km/jour) à la recherche de cette nourriture.

A la recherche du bien être

On pourrait facilement croire que le cheval aime son box, tant il est parfois pressé d’y retourner après sa séance de torture d’exercice avec son cavalier…

Il s’agit donc de ne pas confondre notre propre recherche du mieux être, avec celle des chevaux. On n’a jamais vu un cheval partir avec sa boite à outils pour se construire un box. Ce n’est pas dans sa nature !

Un besoin vital d’espace

Lâcher son équidé dans un lieu de vie adapté à son espèce implique d’accepter :

Un espace diversifié

Plus l’espace est vaste et varié plus le cheval sera à même de se gérer seul en consommant la végétation qui lui convient le mieux à l’instant T, sous réserve d’avoir préalablement été éduqué, bien évidement !

Les arbres, haies, bosquets ou zones boisées sont fortement appréciées pour servir d’abris naturels, de grattoir, et de garde manger ponctuel.

Vivre en groupe

Animal grégaire par excellence, l’équidé a besoin de s’épanouir dans un groupe (=une famille) où il y trouvera 1 ou 2 compagnons privilégiés.

Intégrer un nouveau venu

Se faire accepter dans un groupe déjà établi, demande une bonne dose de savoir-faire, car le nouvel arrivant sera invariablement rejeté par tous les autres. Comportement normal, puisque l’équidé supplémentaire remet en cause directement la ‘survie’ du groupe sur son territoire (=1 bouche de plus à nourir)

On voit également des chevaux habitués à une nourriture servie sur un plateau ne pas savoir manger de l’herbe au sol, ou boire au ruisseau, d’autres qui, trop longtemps isolés, n’ont plus de ‘vocabulaire’ pour communiquer avec leurs congénères.

Les chevaux enfermés sont de véritables handicapés sur le plan sensoriel.

Le besoin d’exercice

Marcher, arpenter, découvrir, se dépenser est vital pour le cheval qui peut ainsi éliminer nombre de toxines, tout en se fortifiant musculairement et intellectuellement.

Quel délit à donc commis ce noble animal symbole d'espace et de liberté, pour se retrouver ainsi derrière les barreaux ?

Quel délit à donc commis ce noble animal symbole d’espace et de liberté, pour se retrouver ainsi derrière les barreaux ?

 

Chapitre 2 : Naître et grandir tranquillement

Le sevrage social

Trop d’interventions sur un jeune animal, le prédispose immanquablement à se tromper de référent par la suite, et à ne plus vraiment se considérer comme un équidé, ce qui à terme cause des désordres graves.

On se doit de respecter certaines limites dans la relation inter-espèces.

Un liquide magique

Le colostrum  produit par la mère offre au poulain un maximum d’immunité pour son système digestif ; puis la composition du lait fluctue selon l’alimentation de la poulinière, afin de faire connaître (reconnaître) au jeune différents goûts (différents végétaux).

Le poulain est apte à quitter sa mère entre 15 et 24 mois lorsqu’il a physiquement et mentalement intégré la diversification alimentaire.

ce qui est loin d’être le cas dans nos élevages modernes, qu’ils soient professionnels ou amateurs.

Le stress de la rupture

L’auteur explique comment palier au mieux au sevrage artificiel, lorsque le choix ne se pose pas, afin de limiter le stress, le désespoir et les risques qu’induisent une séparation aussi brutale.

Se substituer à la mère et au groupe, souvent pour des raisons mercantiles, est générateur de problèmes comportementaux. Permettre à son poulain de devenir un individu équilibré et en pleine santé est en revanche un acte responsable.

L’homme et les jeunes chevaux

On oublie trop souvent que de manière générale les équidés sont de grands adolescents jusqu’à 7 ans, et qu’il est donc normal qu’ils fassent les jeunes fous jusque là !

Le débourrage est simple et facilité lorsqu’une relation à long terme est tissée avec le cavalier, et que le poulain vit dans un groupe acceptant l’humain.

Le cheval est disposé à entretenir une relation inter-espèces, à nous d’en être digne.

Respect et confiance mutuels

Le respect est valable dans les deux sens, or bien souvent, il est un peu trop oublié par l’homme qui considère toujours le cheval comme devant être disponible à tout moment.

Il faut mettre en place la relation la plus harmonieuse possible. Cela implique qu’aucun des deux individus ne soit pénalisé. Généralement, c’est bien sûr le cheval qui est contraint. Il n’y a aucune raison qui justifie cette démarche. De plus, ce concept étriqué de contraintes et de dominance altère les conditions basique de sécurité. Un individu contraint est un individu potentiellement dangereux soit pour lui-même soit pour son entourage.

À chacun son rythme

Les chevaux sont d’une tolérance extraordinaire, qui plus est comparé à l’humain !

Chaque équidé est différent, tout comme l’homme, et un peu de patience, d’observation, voire de questionnement, seront les meilleurs outils pour une approche sereine et tranquille.

Dans le monde équestre traditionnel psychorigide où tout le monde à peur de passer pour un imbécile, il faudrait faire semblant de tout savoir alors qu’on ne sait rien. Or, chacun de nous avance et progresse à son rythme dans la relation avec les chevaux…

Encart sur « Le cheval et la loi des hommes »

L’homme si peu raisonnable est obligé de fixer les conditions de vie de ses animaux, dans des textes législatifs écrits !

En France c’est le code rural qui définit ces impératifs, par l’article L214-1 : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans les conditions compatible avec les impératifs biologiques de son espèces »

Cet article du code rural français place de ce fait, bon nombre de propriétaires hors la loi, avec les Haras Nationaux en tête, suivis de Saumur et autres « prestigieuses » références qui n’ont que faire des impératifs biologiques du cheval.

chevaux au galop dans la neige

Pour l’équidé, la liberté de mouvement est un impératif biologique lié à son espèce.

Chapitre 3 : Locomotion, l’enfer du fer

Les dégâts de la tradition

Le ferrage fait partie des traditions, au même titre que la corrida, les combats de chiens, coqs, chevaux, etc., ou encore l’excision, l’esclavage organisé et les petits pieds (atrophiés) des chinoises…

Au 21ème siècle, je pense sincèrement qu’une tradition (terme sacro-saint et intouchable) basée sur la souffrance d’un être vivant doit être abolie.

L’ongle du cheval, qu’on assimile à la paroi du sabot et aux barres, est un ensemble de poils agglutinés qui n’a pas été conçu pour porter un individu. C’est uniquement un organe protecteur et sensitif. C’est pourtant sur ce contresens que repose le principe du ferrage !

Le cheval ferré est un handicapé sensoriel qui ne peut plus sentir ni ressentir le sol et toutes ses aspérités sous ses pieds ; de ce fait il ne peut interpréter comment ni où poser ses sabots sans risques (pour lui, comme pour son cavalier).

Vibrant à une fréquence uniforme, le fer rend « sourd » le cheval ferré. Il marche n’importe où, ce qui ravit bien sûr le cavalier ignorant, mais nuit gravement à ses articulations et à ses tendons…

L’auteur n’hésite pas à dénoncer les « traditions » comme lucratives :

  • nombre de vétérinaires se font rémunérer pour des pseudos études scientifiques démontrant la nécessité du ferrage,
  • nombre de maréchaux ferrant pour la pose d’orthèses (fers) inadaptées,
  • et les laboratoires pharmaceutiques pour soigner les dégâts consécutifs à de telles pratiques.

 

La science invalide la pratique du ferrage

Amortir les chocs liés au déplacement à grande vitesse est le rôle primordial du coussinet plantaire. Or équipé d’un fer, ce coussinet s’atrophie et devient inopérant, au détriment du coussinet périphérique qui est alors anormalement sollicité et n’est  pas du tout prévu pour cela !

 

Les différentes phases de la locomotion sabots libres

Étude avec images et schémas des phases d’approche, de réception, d’appui et de mise en équilibre, puis de propulsion.

 

Les onguligrades n’existent pas

Le cheval comme tous les ongulés, marche sur le bout de son doigt. Ce bout du doigt est protégé par un ongle (paroi du sabot) dont le rôle est la protection des tissus internes et la proprioception.

Et c’est cet ongle protecteur qui à valu au cheval d’être classé comme onguligrade !

Extrait du livre "Le silence des chevaux"

Extrait du livre : schémas et illustrations précises.

 

 

Une mauvaise circulation

Le coussinet plantaire agit comme une pompe avec le flux sanguin, lors de chaque impact au sol. Avec une ferrure on empêche le pied de s’écarter, la pompe de fonctionner, et c’est donc le muscle cardiaque qui est sollicité anormalement une fois encore, usant prématurément l’animal.

Cette assistance cardiovasculaire au niveau de chaque pied ne fonctionne que si toute la « mécanique » naturelle réglée au millimètre près, est en état de le faire ; et en particulier l’os naviculaire qui, de par sa position permet un déplacement harmonieux (ou non) de l’animal.

 

Vérifiés et vérifiables, tous ces désordres engendrés par le ferrage et résumés ci-dessus sont purement ignorés par le monde équestre. Le corps vétérinaire lui-même ne parvient pas à observer le phénomène avec le regard scientifique qui s’impose puisque dans les manuels, les modèles étudiés sont tous représentés ferrés.

Comment être en accord avec la nature en faisant sciemment « mal » à un animal que nous voulons proche de nous, avec qui nous souhaitons partager des moments de bonheur et non plus des champs de bataille ou de labour ?

 

Le prestige de l’uniforme : l’aplomb parfait

Chacun de nous a des aplombs et une démarche qui lui est propre. Il en va de même pour les équidés, sur lesquels la pose de fers n’améliorera non seulement rien, mais produira des conséquences souvent irréversibles.

Le cheval pieds nus fait naturellement et simplement un travail que certains intervenants essayent de nous vendre. La nature, reine de la diversité, reste la mieux disante.

 

Les gardiens de la tradition

Nous avons pris et gardé l’habitude de ferrer les équidés alors qu’il est maintenant prouvé que c’est inutile et néfaste

En configuration de ferrage, les phalanges sont anormalement mises à contribution. N’étant pas dimensionnées pour emmagasiner l’énergie lors de l’impact au sol, elles peuvent « exploser » sous la contrainte. Ce phénomène est accentué pas la présence d’un cavalier qui augmente la masse et donc l’énergie cinétique. Avec le fer, le système de « suspension » est rendu inopérant. Si votre cheval est ferré : surtout pas de cavalier sur son dos !

 

Remise en question ?

Compliqué pour certains professionnels d’admettre que les chevaux ne nécessitent pas de fers ou de sandales à demeure…

Encore plus difficile de se remettre en question lorsqu’un travail rémunérateur est en jeu

Tout le monde se cache et se retranche derrière la formulation facile et aberrante « le fer… un mal nécessaire » qui est utilisée à tout bout de champs (et d’écuries !) comme prétexte à la ferrure.

 

La majorité silencieuse

Les centres équestres se devraient de montrer l’exemple en prenant soin de leur cavalerie, qui deviendrait plus performante à long terme, plus fiable, donc plus rentable également (puisque « rentabilité » est le principal mot qui rime avec centre équestre). Mais hormis quelques Centres de Tourisme Équestre sensibilisés au bien être animal, force est de constater que tout le monde se rallie à l’idéologie dominante, même si elle n’est pas fondée, et destructrice.

–> Pourtant, une grosse structure équestre urbaine à franchi le cap voici quelques années, grâce à son président J-L Schaff, compétiteur de TREC. Aujourd’hui les 70 équidés d’instruction du CE de Grand Poitiers, après une transition réfléchie et préparée sont pieds nus, et tout le monde à survécu ! Si si si !!!

D’autant plus que pour évoluer principalement en manège ou carrière la ferrure est loin d’être nécessaire… Les idées reçues ont la vie dure.

La croyance selon laquelle le sable est agressif pour la corne n’a pas de sens. C’est bien connu quand on arrive à la plage, on met des chaussures pour ne pas s’user les pieds !!

Pourquoi ce genre d’initiative n’est-elle pas relayée par les médias, pour montrer l’exemple et le bon cheminement à suivre ? Question purement économique : sponsors, publicités, etc.

Toutefois, la Fédération Française d’Équitation commence à aborder le thème pieds nus dans son cursus d’examens… Un premier pas est peut-être fait dans le bon sens !

 

fers à cheval suspendus au mur

Raccrochons les fers au porte-manteau, pour le mieux-être de nos équidés !

 Crédit photo : Gino

Chapitre 4 : Déferrage, mode d’emploi

Un mal-être permanent

Quand on commence à mieux connaître les pieds des chevaux, il devient difficile de ne pas se rendre à l’évidence : avec le ferrage, le cheval est installé dans un mal-être permanent. Il ne crie pas sa douleur, il l’exprime en silence par des désordres pathologiques et par des réactions imprévisibles.

Le cheval déferré est dans la configuration d’un accidenté qui doit réapprendre à marcher progressivement et avec le temps nécessaire pour faire face à ce handicap.

Il est surprenant de noter combien les propriétaires s’affolent pour une éraflure sans conséquence dommageable alors que dans le même temps le cheval ferré voit l’ensemble de son doigt détruit. Il est vrai que cette destruction invisible s’opère en silence.

Réapprendre à se déplacer

Il est parfois étonnant pour le cavalier d’observer le changement chez son cheval qui auparavant passait partout n’importe comment (faute de sensations) et maintenant est prudent, attentif à ses appuis et recherche le meilleur passage.

 

Comment procéder ?

Une rééducation complète est nécessaire.

Patience et bon sens doivent toujours être présents, afin de ne pas ‘craquer’ devant une démonstration visuelle de « douleur » du cheval qui réapprend à se servir de ses pieds.

Rappelez vous alors, qu’avant cela, il a souffert, mais bien souvent toujours en silence.

 

Une transition prudente

Contrairement aux idées reçues et transmises par certains professionnels, plus l’on coupe et use la corne, plus la pousse de celle-ci est stimulée.

La meilleure rééducation du cheval pied nus peut se faire en main, sur la route. Le goudron sert de râpe naturelle lorsque l’animal est en mouvement, et c’est ce qu’il y a de plus efficace et de plus juste.

 

Assurer l’entretien hygiénique de la boite cornée

De nombreuses illustrations expliquent et montrent comment tailler l’ongle, entretenir les lacunes, la sole, etc.

Mais à mon sens, cela ne remplace pas une formation minimum sur le terrain avec une personne d’expérience.

 

Le syndrome du ferrage

Il semblerait que la mystérieuse maladie naviculaire ne frappe que les chevaux ferrés.

Pur hasard ? Coïncidence ? ou conséquence du ferrage ?

Je vous laisse y réfléchir par vous même…

Ce dont souffre la plupart des chevaux « modernes » est le syndrome de ferrage : sans de tels appareillages bon nombre de nos équidés ne présenteraient pas autant de pathologies diverses et variées

Mais cela, c’est à chacun de nous, d’en prendre conscience réellement.

attelage de 4 poneys pieds nus sur la route

Mes 4 poneys pieds nus sur le bitume, évoluent sans aucun problème depuis des années maintenant.

 

 

Chapitre 5 : Désespérance de vie

La course à l’échalote

Saviez-vous que les poulains destinés aux compétitions sportives (tout particulièrement aux courses hippiques) sont engraissés alimentés à la manière de poules, porc ou autres animaux de rente, de manière à avoir une croissance plus rapide ?

Des yearling (poulains prenant un an) qui s’apparentent (visuellement seulement) à des poulains de 3 ans, cela ne choque personne ?

Pour gagner quoi au final ? Un cheval qui rapporte plus tôt des gains, mais qui durera moins longtemps… Économie quand tu nous tient !

 

Racisme équin

De nos jours, il est de loin préférable de naître cheval sans certificat d’origine et sans race définie, car les poulains racés sont destinés à un avenir peu enviable, alors qu’ils ne sont encore que des bébés, et qu’ils n’ont surtout rien demandé de tout ce qui va leur arriver.

Nous avons aboli le travail des enfants, alors pourquoi imposer ces mêmes souffrances à nos jeunes animaux ?

 

Réformés dès l’adolescence

9 chevaux sur 10 sont « réformés » des courses. C’est à dire mis au rebut, car ils ne supportent pas le traitement de choc infligé aux jeunes chevaux : dopés aux hormones de croissance, anabolisants, anti-inflammatoires et autres antibiotiques, sans compter la ‘mise à l’entraînement’ dès l’âge de 18 mois

Inutile de croire que tous ces animaux (de rente) sont ensuite ‘sauvés’. Si tant est que ce terme soit adapté, car peut-on réellement réhabiliter ces équidés détruits physiquement, sans y laisser une fortune en soins vétérinaires ? Quoi qu’il en soit, la majeure partie d’entre eux (plus de 10 000 par an) approvisionne les étals en viande chevaline.

{Je m’interroge au passage sur l’aspect sanitaire et sain d’une telle viande… mais ce n’est pas le sujet du jour.}

Jouer sur l’émotion en menaçant de mettre un jeune cheval à la boucherie crée le trouble chez l’amoureux des chevaux. C’est bien l’effet recherché. Nombre de passionnés croient, tout en faisant une bonne action, réussir une bonne affaire. L’avenir va leur apprendre que ce cheval adopté ou acquis au prix de la viande va leur coûter très cher. Le vétérinaire peut se frotter les mains. Il existe une multitude de  témoignages de  propriétaires de chevaux dit réformés qui ne s’en sortent pas. Déglingués dès leur naissance par des produits et des pratiques destructrices, ils ont toutes les chances de devenir des individus à problèmes.

On sauve les apparences

D’un côté on envoie des jeunes chevaux à la boucherie après les avoir massacrés, et d’autre part on prend des mesures (qui comparativement paraissent ridicules) comme la limitation du nombre de coups de cravache qu’il est autorisé d’administrer à un animal (en public)…

Cela pour se donner bonne conscience et montrer une belle image du monde des courses

Les parieurs rêvent, l’État encaisse, les jockeys soignent leur ego puis plus tard leurs lumbagos, les entraîneurs se prennent pour des hommes de chevaux et les vétérinaires expérimentent leurs potions magiques. Les sociétés de paris se régalent et les chevaux, qui n’ont rien demandé, encaissent physiquement et mentalement dans le silence et l’indifférence, qu’ils soient stars médiatiques ou coureurs anonymes.

chevaux de courses ferrés

Le monde des courses qui en fait rêver plus d’un…

 

Les chevaux meurent adolescents

L’homme est le seul « prédateur » du cheval domestique. Il en mange quelques-uns et, par tradition ou par ignorance, en fait souffrir et mourir beaucoup (trop) d’autres. En fréquentant l’homme, le cheval met en péril sa santé mentale et physique, et voit son espérance de vie drastiquement réduite.

Les assureurs refusent souvent de prendre en charge un équidé de plus de 10 ans, sans certificats vétérinaires draconiens, car ces derniers présentent un trop grand risque de mortalité

Le saviez-vous : près de 60% des chevaux meurent de troubles digestifs, en France, dans le Calvados ? Et c’est aussi 50% des cas de mortalité des équidés d’instruction.

D’où vient donc cette « maladie » qui tue les chevaux les plus surveillés de France ? Pourquoi les coliques sont-elles devenues une véritable hantise pour les propriétaires ? Y aurait-il une calamité qui frappe les chevaux au point de les faire mourir si jeunes ? La réponse est claire : c’est bien l’intervention inadéquate de l’homme dans la vie du cheval qui le fait souffrir systématiquement et mourir prématurément !

 

Les cavaliers, enfants gâtés

Il n’est pas toujours facile de sortir du lot de la majorité silencieuse et d’assumer cela face aux pseudos professionnels du monde équestre… Ce sera pourtant seulement en cessant de cautionner de telles pratiques envers les chevaux que les mœurs et mentalités évolueront…

Quand on dit aimer le cheval, cela impose un certain nombre de démarches -entre autres connaître et respecter ses besoins vitaux… Le problème est que le discours « officiel » oublie la véritable cause des désordres qui tuent les chevaux. La simple vérité est-elle trop difficile à entendre, le changement de comportement trop troublant ?

L’équitation, sport de combat ?

Trop souvent l’équitation est décrite comme sportive ou violente ; qui plus est lorsqu’il s’agit d’éduquer de soumettre un jeune cheval aux meilleures volontés des hommes.

Un cheval contraint fera tout ce qu’il peut pour se débarrasser de l’humain ; alors qu’un cheval partenaire fera tout pour ne pas perdre son cavalier

Pourquoi se battre contre plus fort que soi, lorsqu’il accepte simplement de coopérer ?

 

Conclusion

Le constat est sévère, mais réaliste

Des cavaliers sont régulièrement mis en danger par simple ignorance.

Difficile de se débarrasser des œillères qui mènent inéluctablement à des relations rigides.

« La grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la manière dont elle traite les animaux » – Gandhi.

Abécédaire impertinent

Le nombre de définitions que l’on y trouve et que j’aimerai partager aujourd’hui avec vous est trop important pour les retranscrire ici, mais je n’ai pas résisté à vous en sélectionner malgré tout quelques extraits !

DOPAGE :

Le dopage inonde le monde de la compétition. Le monde du cheval n’évite pas ce travers. Il peut conduire à des situations ubuesques : dans le monde des courses de trot, l’absence de fers sur un cheval est considéré comme un dopage déguisé. En effet, les vétérinaires chargés du contrôle anti-dopage savent bien que le sabot libre permet une assistance cardio-vasculaire performante. {…}

GRANULÉS :

Nourriture particulièrement inadaptée aux chevaux. Le sucre (mélasse) est très présent, que ce soit dans les bonbons  pour chevaux ou dans les granulés. Rappelons que le sucre est une drogue plus dure que la cocaïne qui rend les chevaux « accros ». Leur comportement est très perturbé quand ils sont en manque. {…}

HOMÉOTHERME :

Le cheval n’est pas un serpent. C’est un mammifère donc homéotherme, ce qui signifie que l’ensemble de son corps est à la même température. Souvent, les vétérinaires s’inquiètent quand le « pied » du cheval est chaud. Effectivement, un cheval ferré a le « pied » plutôt frais étant donné que la circulation sanguine ne s’effectue pas normalement en présence de fers.

NÉVRECTOMIE :

Section partielle d’un nerf, ou exérèse d’un nerf. Cette opération barbare est pratiquée chez les chevaux victimes de pathologie digitales. Au lieu de rechercher la cause régulièrement liée au ferrage, le praticien préfère couper l’information « douleur » en sectionnant le nerf entre la sole et le boulet ! Cette pratique est uniquement prohibée dans le cadre de la compétition, non pas par respect du cheval, mais parce qu’elle met en danger le cavalier, la monture ne réagissant plus à la douleur. Belle mentalité !

TRAVAIL EN LIBERTÉ :

Dans le monde équestre pseudoéthologique, le travail s’opère généralement dans la cour de la prison pour chevaux appelée aussi manège, paddock, ou encore rond de longe. Notion très particulière de la liberté. L’image de liberté que prétend représenter le monde du cheval est bien écornée !

Et bien d’autres encore pour votre plus grand plaisir de lecture 😉

 

Postface

Cette ultime partie du livre le silence des chevaux, de Pierre Enoff, est rédigée par Olivier Sirot, instructeur BBES2 et formateur, ex écuyer du cadre noir, qui porte un regard juste sur le monde équestre ainsi que sur son parcours personnel :

Oui, j’ai monté des chevaux ferrés, vivant au box, j’ai longtemps monté en filet avec un mors, et même en bride comme tout le monde, parce que j’ai appliqué ce qui m’a toujours été enseigné. Durant ma carrière, j’ai quelques fois été trop dur avec mes chevaux, dépassé les limites du raisonnable, fait beaucoup d’erreurs au détriment des chevaux qui m’ont toujours pardonné mes maladresses.

J’ai compris que je prétendais aimer les chevaux, alors que j’aimais l’équitation.

Monter à cheval au naturel n’enlève absolument rien à la technique équestre.

 

Points forts et  points faibles de cet ouvrage :

Les points forts

  • J’ai aimé ce livre car il démontre scientifiquement les théories avancées. Ce ne sont pas des paroles en l’air, sans fondements précis.
  • Il est facile et agréable à lire. Le texte est aéré par des illustrations en tout genre, des encarts, des anecdotes, etc.
  • Ouvrage particulièrement imagé : nombreuses photos, schémas explicatifs, dessins, etc.
  • Ce que j’ai préféré c’est qu’il fait ouvrir les yeux sur le monde dans lequel nous vivons, et pas uniquement sur le monde équestre. Il invite à une réflexion personnelle, à un cheminement pour le mieux être de nos compagnons équins, qu’il est difficile d’ignorer après lecture.
  • Le prix est largement abordable (25€), compte tenu de la qualité et de la pertinence des informations contenues dans l’ouvrage.

 

Les points faibles

  • Certaines informations sont redondantes de mon point de vue, bien que je suppose que cela soit consciemment voulu par l’auteur, afin d’insister sur certains dysfonctionnements de notre société.

 

Découvrir Pierre Enoff dans cette vidéo :

!! passez la première minute qui est en espagnol, afin d’accéder directement à l’interview en français !!

 

Si vous avez déjà lu ce livre qu’en avez-vous pensé ?

Sinon, quand comptez-vous vous le procurer ???!!!

 Partagez vos impressions et ressentis dans les commentaires…

 

25 Responses to « Le silence des chevaux » par Pierre Enoff

  1. steph

    Super Gaëlle, je crois que je vais investir. Sinon j’espère que tu va bien !!!!

  2. Chef de projet seo

    Article que tout le monde doit lire

  3. Philippine

    Bon promis je l’achete ^^ très bon article 🙂

  4. Flore

    Waaah quelle remise en question tout çà!!! Que dois-je faire à propos de mon frison ferré aux antérieurs et postérieurs :'( je suis perdue!!!!! Il n’a pas été ferré pendant un bon bout de temps mais sa corne se cassait directement au pré, en paddock… Que faire? La question du bitume également… Un cheval qui rencontre régulièrement ce type de sol n’abime t’il pas son sabot s’il est pieds nus???
    AHHHH tant de questions qui me trottent dans la tête…. difficile d’avoir un regard « juge » sur cette grande question des pieds nus….. Dur Dur… Mais tout d’un coup une envie de lire ce livre…

    Merci Gaëlle pour vos superbes articles!

    • cheval-facile

      Merci Flore de tes encouragements pour le blog !! 😀

      Oui ce livre, et cette façon d’aborder le cheval est une grande remise en question. Elle vaut pour tous les autres animaux « domestiques » également, tout en sachant que seuls les chevaux sont ferrés. 😉

      Lire le livre pour commencer (merci de passer par mon lien 😉 ) puis décider ensuite… On ne déferre pas un équidé sur un coup de tête ou de coeur. Cela se prépare et se réfléchi.

      La corne qui casse est souvent signe d’ongle trop long, et/ou d’un manque :
      – d’hydratation : très fréquent. L’animal met-il régulièrement les pieds dans l’eau ??
      – de diversification alimentaire, se traduisant par une fragilité des phanères.

      Mais cela n’est en général pas très grave !
      Il est parfois étonnant de voir les cavaliers s’inquiéter d’un bout de corne cassée (qui dans 99% des cas, est totalement indolore et sans risque), alors que cela ne leur posent aucun problème de planter des clous dans le pieds de l’animal en lui imposant une ferrure qui l’oblige à s’adapter comme il peut… 😉

      Prendre également le temps de lire cet article sur les chevaux d’attelage pieds nus (mes poneys en l’occurrence !), démontrant que les limites se repoussent sans cesse avec un entraînement régulier, adapté et progressif.

  5. Flore

    En effet, on les ferre puisqu’on croit qu’il s’agit de THE solution face à la corne cassante…
    Pour répondre à votre question d’hydratation je douche et graisse ses sabots régulièrement… On m’a dit qu’il s’agissait de la race…
    Concernant les ongles trop longs je ne sais pas du tout, sa corne cassait 3/4 jours après avoir vu le maréchal… Je ne savais quoi penser, que faire… solution de facilité et en pensant qu’il était bon pour lui… je l’ai ferré…

    Je me rends directement sur votre lien « chevaux d’attelage pieds nus ».

    Merci je ne vais pas tarder à lire également ce livre qui m’a l’air super intéressant…

    Encore merci! et à très bientôt!!

    • cheval-facile

      La graisse ne sert pas à grand chose, sinon à donner bonne conscience à celui qui l’applique et à faire vivre ceux qui les commercialisent… 😉
      L’hydratation (avec de l’eau, et non de la graisse qui empêche l’eau d’atteindre la corne justement) se fait en baignant les pieds dans une rivière, une marre, un pédiluve, etc.
      Une douche ponctuelle est mieux que rien, mais insuffisante niveau hydratation.
      si l’herbe du pré est assez haute, la rosée du matin suffit bien souvent à hydrater les pieds.
      🙂

  6. LE BRIS

    Excellent article. Bravo Gaëlle. Toutes les explications données dans la vidéo de Pierre Enoff, correspondent à ma phylosophie. Pieds nus, liberté, espace, bien être des chevaux, j’adore. Je vais vite courir dans une librairie me commander ce livre pour le parcourir. Encore merci et à bientôt.

  7. LE BRIS

    Houps, je viens de voir que l’on peut passer par ton lien, excuses moi, mes lunettes ne sont pas bien adaptées à ma vue. Je le commande. A bientôt.

  8. Mime

    Merci Gaëlle pour cet article, je m’en vais commander le livre de ce pas afin de trouver les argumentaires nécessaires pour défendre au mieux les conditions de vie des équidés !!! 😉

  9. Marie-Claire

    Quelle belle découverte, ce matin! Merci infiniment pour cet article. J’aime les chevaux, ainsi que d’autres animaux, mais n’ai jamais voulu pratiquer l’équitation : je réalise aujourd’hui que ce que je ressentais intuitivement était tout à fait pertinent! La vision du cheval qu’on me propose ici m’intéresse beaucoup plus, dans la création d’un lien de confiance.
    La vidéo est fabuleuse et tellement éloquente!
    Ma petite-fille de 10 ans se passionne pour le cheval, hélas à travers une approche classique, selon moi « de domination »… Bien envie de lui offrir ce livre, histoire d’éveiller des questionnements…

    • cheval-facile

      bonjour Marie-Claire,
      Très bonne idée que d’initier cette petite fille au bon sens humain et équin.
      Mais c’est un livre à lire avec elle, car nécessitant parfois des explications pour une enfant de cet âge.

      Je t’encourage vivement dans cette expérience, et surtout n’hésite pas à nous donner ses impressions et son ressenti à l’issue du livre !
      G.

      • Marie-Claire

        Bonjour Gaëlle,
        Merci de cette réponse pertinente.
        En fait, à la réflexion, j’ai pris une autre option, qui va dans le sens de vos conseils : j’offre autre chose à ma petite-fille pour ce Noël-ci… et je m’offre le livre de Pierre Énoff 😉 !
        Ainsi, je le lirai d’abord : ça me permettra de le léguer à Alice dans quelques mois en ayant repéré les passages qui nécessitent des explications. Entre-temps, peut-être pourrons-nous partager un séjour de vacances auprès de chevaux… chez Pierre, pourquoi pas?
        Bon dimanche à toi, et merci pour ton blog et tes articles.

  10. Chantal

    Merci pour cet article intéressant qui m’en a appris énormément, je vais acheter ce livre car je me sens vraiment concernée et proche des méthodes de Pierre Enoff, qui sont, en somme, logiques si on y réfléchit (et même instinctives en ce qui me concerne et c’est ce que je recherche depuis longtemps). Et surtout bravo à lui d’oser bousculer les idées reçues et les comportements trop installés depuis trop longtemps

    • cheval-facile

      il n’est effectivement pas facile dans notre beau pays de changer les moeurs et coutumes…
      Mais je suis entièrement d’accord avec toi lorsque tu parles de méthodes instinctives !
      Le tout étant de ne pas céder aux « on-dit » et d’aller au bout de ses convictions personnelles.
      Bonne lecture à toi de ce livre passionnant.

  11. stephanie

    Passionnée de dressage, j’ai pratiqué jusqu’à peu l’équitation en appliquant ce que m’indiquer ma monitrice « je veux ton cheval bas et rond » dans 10 min…. Le cheval sortant du pré, j’avais l’intuition quand même de beaucoup le pénaliser en lui forçant de baisser la tête alors qu’il était « froid ». Je suis doucement aller contre elle, d’abord en lisant « l’équitation moderne; un jeu de massacre » qui pointe du doigt le monde du dressage…. Dans mes recherches, je suis tombée sur votre article qui confirme encore plus à quel point j’ai contribué au mal être des chevaux, moi, qui défend la cause animale!!! J’ai tout faux dans mon amour pour les chevaux (qui était plutôt pour l’équitation); je vais donc de ce pas acheter le livre et essayer de convaincre mes amis cavaliers de changer leur vision sur l’équitation; mon conjoint également, éleveur, qui a 7 poulains à débourrer; lui demander de ne pas les ferrer…..Merci pour ouvrir les yeux au monde équestre; un jour je l’espère, ce sera entendu et nous ne verrons plus de chevaux massacrés pour le gain des courses; des chevaux bloqués et encapuchonnés au nom de l’image du dressage, des chevaux tabassés pour passer des murs de 1m50 et épuisés et dopés pour le cross; et j’en passe…Respectons les chevaux; montons les en les écoutant et non en les soumettant.

    • cheval-facile

      Merci de ce témoignage Stéphanie,
      🙂
      Tout le monde n’ose pas reconnaître ses erreurs, et comme beaucoup j’ai été la première à en faire, lorsque j’ai voulu écouter ceux que je pensais détenir le « savoir équestre »…
      Le tout est de savoir grandir de ses erreurs et s’en servir comme expérience constructive.
      Personne n’est parfait, mais si nous écoutions un peu plus la nature, les animaux, et notre coeur (pas nos envies) le monde serait plus sain, j’en suis persuadée.
      🙂
      Bonne journée à tous

  12. CASTILLE

    J’ai lu le livre de Pierre Henoff . J’ai eu l’occasion et le privilège de le rencontrer à Porta, c’est un homme admirable! Et c’est un livre que l’on devrait trouver dans toutes les bibliothèques des propriétaires de chevaux responsables. Espérons faire évoluer les mentalités. J’en ai proposé la lecture à un propriétaire de cheval « naviculaire » ferré mais les mentalités sont fermées et j’ai rencontré peu d’enthousiasme de la part du propriétaire qui se retranche derrière l’avis des vétérinaires et des maréchaux. Cela demande une remise en question personnelle que certains ne sont pas prêts à faire, hélas! Mais dans les nouvelles générations de cavaliers, j’espère que l’on pourra avancer et remiser les préjugés sur le ferrage des chevaux. Le seul problème se trouve dans les structures équestres qui ne veulent pas changer leurs habitudes, notamment dans l’alimentation et le logement des chevaux. Un cheval pieds nus en boxe et nourri aux granulés ou à l’orge, ça n’est pas compatible. Comment trouver la solution, à moins de posséder des terrains assez grands? A quand une nouvelle génération de cavaliers qui créeront des structures dignes d’accueillir des chevaux pieds nus?

    • Gaëlle Dobignard

      Merci pour ton témoignage à ce sujet. Les mentalités évolueront peu à peu… c’est toujours pareil… malheureusement pour tous ces équidés.
      L’important restant de diffuser largement le message autour de nous sans se décourager !
      🙂

  13. Patricia

    Bonsoir à tous
    Vraiment je suis trop contente de lire vos commentaires et de voir à quel point le livre de Pierre vous a touché, personnellement je suis allee chez Pierre à Porta pour suivre une formation Parage Hygienique et entretien niveau 1 en 2013 le stage s’intitule « l’utile et l’agréable » a juste titre car après le stage 2 jours de rando avec les chevaux de Pierre MAGNIFIQUES? INOUBLIABLE ces randos en montagnes vraiment allez y c’est trop bien. Pour ma part je suis propriétaire d’un cheval qui devait partir à l’abattoire car estimé comme dangeureux, je l’ai racheté au prix de la viande (comme on dit mais j’ai horreur de cet expression) car je montais ce cheval depuis 1 ans et demi et moi il ne m’a jamais fais tombé MIRACLE car je tombais bcp de mes montures avant lui, enfin bref…….. suite à lecture d’un article paru dans cheval magazine,sur les chevaux pieds nus, j’ai décidé de deferrer mon cheval , j’ai aussi dans le même temps decouvert le site de Pierre Enoff Equi-libre, alors je lui ai envoyé des mails en lui posant des questions il m’a répondu et j’ ai alors deferre mon cheval , pendant environ trois ans j’ai monté mon cheval avec des hyppposandales parfois 4 ou seulement 2, jai fais beaucoup de route car je ne voulais pas qu’il souffre lors des ballades , il faut de la patience mais aujourd’hui je le monte une fois par semaine et sans rien mon cheval va trés bien franchement je ne regrette pas d’avoir pris cette décision et j’ai même beaucoup de mal à comprendre que les cavaliers ne s’interessent pas plus au bien être de leur monture , mais comme le dis Gaelle il faut diffuser le message et peut être qu’un jour les mentalités changeront . Merci Gaelle pour tes articles ils sont vraiment interessant, pour ma part je suis une bien priètre cavalière , je fais simplement de la ballade avec mon dada mais c’est un vrai régal
    l

  14. Gruyer

    J’ai adoré ce livre qui a répondu à beaucoup de questions que je me posais ainsi que retiré pas mal d’à priori !

    Cependant 1 seule de mes questions n’a pas trouvé de réponses ni dans le livre ni sur internet ( du moins trop peu probantes à mon goût !!!)

    Dans le livre, P. Enoff dit à la page 29 : « les embouchures provoquent des désordres respiratoires […] pertubent le métabolisme, endommagent la dentition. La douleur provoquée par le mors modifie le comportement. Le cheval devient anxieux, stressé, agressif ».

    Cette phrase ne me pose aucun problème concernant les cavaliers en selle mais qu’en est-il en attelage ?

    Bizarrement, j’imagine mal 1 meneur atteler sans 1 mors

    Y’a t’il quelqu’un ici pour répondre à ma question et me donner son avis ?

    Merci

  15. Anne de Joyeux

    « Si nous étions attentif au regard que les chevaux portent sur notre façon de les « aimer », nous changerions notre comportement à leur égard »:
    Quelqu’un ayant son livre pourrait-il me communiquer à quelle page est écrite cette phrase, j’en ai besoin pour la citer dans un travail. merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *