browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

la relation aux autres êtres

cavaliers
Posted by on 16 février 2015

 

Lorsque Théo Duverger me demande de réfléchir au thème de la relation à l’autre (le besoin ou l’envie), c’est tout naturellement que j’oriente cette question vers la relation aux êtres vivants, pas seulement aux humains, mais notamment aux animaux et tout particulièrement aux interactions que nous pouvons avoir avec les chevaux.

 

Ce sujet est tellement vaste, que je ne sais par quel bout l’aborder pour ne pas vous dresser un pavé de 200 pages en trois tomes !! Pour vous épargner cela, je vais me contenter aujourd’hui, de lister les différents types de cavaliers que j’ai pu croiser durant des années d’enseignement et d’accompagnement, et exprimer ainsi le genre de relation que chacun peut entretenir (ou non) avec les équidés.

Qui dit relation, dit interactions

Les différents types de relations aux équidés

Le cavalier au sens strict

Beaucoup de cavaliers que j’ai croisé durant ma carrière d’enseignante et de coach, se disent « amoureux des chevaux » alors qu’ils ne sont en fait passionnés que par l’équitation dans son sens le plus strict, qui consiste à monter sur l’animal, et à pratiquer une activité sportive.

cheval qui saute un fossé en TREC

L’équitation, un faire valoir ?

Pour certains c’est même un défouloir, un exutoire, au détriment bien souvent des équidés qui font les frais de ces cavaliers peu scrupuleux, qui ne les utilisent qu’à la manière de machines, et de faire valoir. Pour eux le cheval n’est qu’un outil, un moyen de parvenir à leurs fins ou à leur plaisir. Ces personnes n’ont d’ailleurs presque jamais de relations privilégiées avec les chevaux, car cela ne fait pas partie de leur préoccupations.

Mais la grande majorité est simplement heureuse de poser ses fesses dans une selle (si possible pas trop inconfortable, bien que cela soit un détail insignifiant pour eux), et d’exploiter la puissance, la patience et la générosité de leur monture. Bien souvent s’il est nécessaire de préparer l’animal en amont de la séance hebdomadaire (= le seller après l’avoir brossé et curé), ils se feront aider par des camarades, car cela ne les intéresse pas réellement non plus. Peu d’entre eux se rappellent d’ailleurs qu’ils montent sur le dos d’un animal vivant ayant des sensations, des émotions et pouvant même avoir de fortes réactions, souvent à leurs dépends d’ailleurs !

==> L’équitation est pour eux un besoin vital, pas la relation à l’animal

Le cavalier timide

Pour lui le cheval est une manière de s’exprimer, d’extérioriser ses sentiments, ses joies et ses souffrances. Il partage avec l’animal une relation particulière qu’il ne peut pas entretenir facilement avec les autres êtres humains. Il (ou elle bien entendu) passera souvent de longues minutes, voire une heure, à préparer son cheval ou poney, tout en lui parlant, oralement ou mentalement.

le poney devient vite le meilleur confident

le poney devient vite le meilleur confident

L’équidé devient confident. Un confident sans faille qui ne répètera jamais rien des secrets qui lui sont si doucement confiés. Curieusement même les animaux anxieux au naturel, sont à l’écoute facilement de ces personnes là, parce qu’au fond d’eux, ils savent qu’ils ne craignent rien, et peuvent partager, voire apporter beaucoup à ces être humains souvent en détresse émotionnelle.

Une fois sur le dos de l’animal, jamais il n’aura un geste de brutalité, devenant même la cible parfaite des chevaux farceurs et intelligents qui se régalent de « jouer » avec ses personnages trop timides qui n’osent pas s’affirmer. Ceci est d’ailleurs un réel soucis pour l’enseignant qui se doit d’adapter sa cavalerie à ces cavaliers là, sous peine de les voir renoncer. Ils ont pourtant un potentiel relationnel qui leur permettrait de devenir d’excellents cavaliers ou hommes de chevaux (je parle toujours au masculin… mais c’est valable aussi pour les filles !!), mais ils ne s’en donnent bien souvent physiquement, pas les moyens.

==> Pour lui le contact avec l’animal est un besoin évident et lui permet ses premières relations aux autres facilement. Les chevaux l’aideront tôt ou tard à développer l’envie de relation avec les humains également.

Le cavalier passionné et passionnant

Très tôt dans son apprentissage, ce type de personnage s’intéresse à tout ce qui touche à sa passion, de près comme de loin : de l’hébergement de son partenaire équin, à l’entretien de ses pieds, sa nourriture, ses camarades de pré, ses autres cavaliers, la filière équestre et les différentes professions en rapport. Il est abonné à plusieurs magazines traitant du sujet, ne rate aucun film ou apparaissent des chevaux, suit l’actualité sportive hippique et bien sûr ne rate rien d’Équidia (chaîne télévisée spécialisée) !

Il vit Cheval, parle Cheval, pense Cheval, dors Cheval, etc. Tout cela très souvent au détriment de son entourage qui s’il n’est pas un minimum impliqué des les mêmes activités, finira par ne plus pouvoir les voir en peinture. Même malade, il ne ratera pas son cours hebdomadaire, et encore moins une compétition ! Quinze jours de vacances sans voir un équidé est inconcevable à ses yeux, et ne sont plus de vacances pour lui !

On le retrouve généralement à traîner dans les écuries de toutes les structures hippiques, dès qu’il le peut, pour participer activement aux tâches quotidiennes. Il sait exactement ce que mange quel cheval, et comment s’appelle le dernier arrivé. Il admire son enseignant secrètement ou ouvertement, et cherche à la fois à lui ressembler et à l’épater. Il partage facilement et de bon coeur, ses connaissances avec les plus novices que lui, pour les aider.

==> Le cheval est pour lui une raison de vivre, une envie qui deviendra rapidement un besoin addictif.

L’homme (ou la femme) de cheval

cavaliers et chevaux heureux

cavaliers et chevaux heureux

Souvent passionné par l’animal et par l’équitation, par l’éthologie (science étudiant les animaux sauvages dans leur milieu naturel) et toutes les disciplines praticables avec un équidé comme partenaire, ce cavalier est à l’écoute permanente de son cheval et des autres. Il remet régulièrement les choses établies en question lorsqu’il pense qu’elles le sont au détriment du bien être de son compagnon.

De manière générale, les chevaux l’apprécient, car il est juste et attentionné, et qu’il comprend leurs besoins et leurs envies du moment, ou du moins s’y intéresse. Il sait ne pas s’imposer et s’effacer au bon moment avec tact et respect, que ce soit vis à vis d’un animal, ou d’une personne. Il suscite souvent intérêt et admiration des autres.

Il est multi-disciplinaire, et pratique aussi bien à cheval, à pied, que en attelage et est toujours partant pour tester une nouvelle activité. Il privilégie la relation avec l’animal avant tout autre chose, est attentif à son bien être tant physique que émotionnel, et obtient ainsi presque toujours d’excellents résultats dans toutes ses entreprises. La patience, l’écoute et l’observation sont ses points forts.

==> L’envie de se lier aux autres est pour lui l’occasion de partager et d’échanger des connaissances.

Le cavalier du dimanche

enfant sur poney

Petite promenade en famille

Cela n’est pas du tout péjoratif, car j’aime beaucoup ce terme très explicite ; il peut s’agir aussi du cavalier occasionnel lors des vacances. Il se fait plaisir ponctuellement et simplement sans se poser trop de questions quant à l’animal, son environnement, ses conditions de vie et son devenir. Son plaisir est de partager le moment présent avec l’animal et de profiter quelques heures de convivialité, de la nature et de ses bienfaits. C’est sa manière de se ressourcer, en lien direct avec tous les êtres vivants et les énergies qui peuvent en découler.

Il peut rester plusieurs semaines ou plusieurs mois sans pratiquer, car monter en ville, enfermé entre les 4 murs d’un manège ne l’intéresse pas. Son dada, c’est l’équitation d’extérieur, les amis, les partages, sans prise de tête et sans contraintes !

==> Le cheval autant que l’équitation sont pour lui des loisirs. La relation au cheval pourra être aussi ponctuelle et éphémère que l’envie qui l’aura crée.


Cette réflexion sur les différents types de cavaliers, participe au festival de La Croisée des Blogs, hébergée ce mois ci sur l’un des blogs de Théo : Acteur de sa vie.


ET VOUS ???

QUEL CAVALIER  PENSEZ-VOUS ÊTRE ?

QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEC LES ÉQUIDÉS ??

9 Responses to la relation aux autres êtres

  1. Cavali'Erre

    Euh, on peut faire un mélange? J’ai commencé comme cavalière timide, je suis aujourd’hui une cavalière du dimanche passionnée (si, c’est possible!), et je travaille pour me rapprocher de la femme de cheval…

  2. Philippine

    parfaitement d’accord avec toi ! 🙂

  3. gruyer

    un mix entre cavalière timide et passionnée.
    Même si je n’ai rien contre la découverte de plusieurs disciplines !!!

    Je peux rester des mois sans monter ma ponette puis 1 jour, l’envie va me prendre… Ca peut durer 1 journee comme 1 mois puis à nouveau ce besoin de me retrouver juste à pied à ses côtés.
    De toute manière, les saisons ont 1 impact sur ma façon de monter : l’hiver il fait trop froid et c’est la saison de la chasse donc pas envie de me prendre 1 plomb dans le cul ni celui de ma ponette et l’été, il fait trop chaud !!!
    La période idéal pour moi est de mars jusqu’à mi-juin et ensuite les 15 derniers jours de Septembre ( puisque à partir du 28 septembre, même s’il fait encore bon, je ne montes plus

  4. Nadine

    qui suis je ??????je suis la passionnee, et la femme de cheval timide ,enfin ça me convient !!!!!!
    à bientot
    Nadine

  5. Henri Barth

    Je suis tout à fait d’accord avec ces définitions que je trouve tout à fait judicieuses.
    J’ai été tour à tour l’un de ces cavaliers.
    A la retraite depuis quelque temps, je dispose de plus de temps et cela me permet de nouer des relations avec nos animaux et surtout avec mon cheval.
    QUEL PLAISIR!!!
    A bientôt.
    Henri.

  6. Géraldine

    Bien résumé……
    Pour le cheval avant l’équitation, fais tout mon possible pour faire au mieux pour eux en respectant tout ce qu’il est!
    Savoir attendre le bon moment pour toute chose et apprécié ce qu’il te donne,
    sans s’imposer, mais avoir proposer pour recevoir.
    A bientôt

  7. Mathilde

    Un très bon résumé! J’aime beaucoup votre façon de voir les choses.

    Je me retrouve aussi entre plusieurs définitions. J’ai été tour à tour la cavalière timide, puis la passionnée. Aujourd’hui, je pense pouvoir dire que je suis un mix des deux!^^ Peut-être qu’un jour je serai femme de cheval, mais il y a encore du chemin à parcourir 🙂

  8. Claire

    Moi aussi je mélange ! Cavalière passionnée depuis 31 ans de pratique, je tends à devenir une vraie « femme de cheval » et étant devenue « cavalière du dimanche » tout en restant passionnée… Bon , la je ne sais pas si c’est très facile à comprendre ce que je racontes, il faut peut être que je consulte moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *